ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
Zhou Wen et Zhou Wu


Quelle tristesse de penser que le joyau brut qu'offrit Bian-ho aux rois Zhou Wen et Zhou Wu ne put jamais être apprécié à sa juste valeur ! Mais quelle joie pour moi d'avoir obtenu en cette vie le joyau sans prix dissimulé dans la coiffure (réf.) du Roi faisant tourner la roue, raison de la venue de Shakyamuni en ce monde ! [...] Il y eut autrefois en Chine deux princes, nommés Bo-yi et Shu-ji, fils du roi Huzhu. Leur père avait légué sa couronne au plus jeune des deux, Shu-ji. Pourtant, après sa mort, Shu-ji refusa de monter sur le trône. Bo-yi eut beau presser Shu-ji d'accepter la couronne, ce dernier insista pour que son frère aîné devienne roi à sa place. Mais Bo-yi persista, s'étonnant que son jeune frère osât contredire le testament de leur père. Shu-ji reconnut qu'il était bien désigné par le testament, mais continua à refuser le trône, ne supportant pas l'idée d'écarter son frère aîné.
Les deux frères quittèrent alors la terre de leurs parents. Ils se rendirent dans un autre royaume et entrèrent au service du roi Zhou Wen. Peu après, ce pays fut attaqué et le roi Zhou Wen tué parle roi Shang Zhou. Moins de cent jours après la mort du roi Zhou Wen, son fils, le roi Zhou Wu, se prépara à livrer bataille au roi Shang Zhou, mais Bo-yi et Shu-ji, retenant son cheval par les rênes, s'efforcèrent de l'en dissuader en disant : "Votre devoir est de porter le deuil de votre père pendant les trois ans qui suivent son décès. Si vous commencez à guerroyer maintenant, vous ne ferez que déshonorer son nom." Le roi Zhou Wu, furieux d'entendre cela, s'apprêtait à les tuer tous deux, mais le ministre de son père, Taigong, le retint.

Questions et réponses sur la pratique du Sutra du Lotus (Kamakura  ? mars 1263   ? à Nichiji  ? )

Yin Shou fut le maître de l'empereur Yao, Wu Zheng celui de l'empereur Shun, Taigong fut le maître du roi Zhou Wen, et Lao Zi celui de Confucius. Ces maîtres sont appelés les "quatre sages".
Traité pour ouvrir les yeux (Sado, février 1272 à Shijo Kingo)

Les Quatre grands bodhisattvas protégeront quiconque pratique le Dharma merveilleux aussi fidèlement que Taigong et le Duc de Zhou protégèrent le roi Zhou Wen, et aussi fidèlement que les quatre aînés aux cheveux blancs servirent l'empereur Hui.
Le véritable objet de vénération (Sado, avril 1273 à Toki Jonin)

Il y eut autrefois en Chine deux princes, nommés Bo-yi et Shu-ji, fils du roi Huzhu. Leur père avait légué sa couronne au plus jeune des deux, Shu-ji. Pourtant, après sa mort, Shu-ji refusa de monter sur le trône. Bo-yi eut beau presser Shu-ji d'accepter la couronne, ce dernier insista pour que son frère aîné devienne roi à sa place. Mais Bo-yi persista, s'étonnant que son jeune frère osât contredire le testament de leur père. Shu-ji reconnut qu'il était bien désigné par le testament, mais continua à refuser le trône, ne supportant pas l'idée d'écarter son frère aîné.
Les deux frères quittèrent alors la terre de leurs parents. Ils se rendirent dans un autre royaume et entrèrent au service du roi Zhou Wen. Peu après, ce pays fut attaqué et le roi Zhou Wen, tué parle roi Shang Zhou de la dynastie Yin (Shang). Moins de cent jours après la mort du roi Zhou Wen, son fils, le roi Zhou Wu, se prépara à livrer bataille au roi Shang Zhou, mais Bo-yi et Shu-ji, retenant son cheval par les rênes, s'efforcèrent de l'en dissuader en disant : "Votre devoir est de porter le deuil de votre père pendant les trois ans qui suivent son décès. Si vous commencez à guerroyer maintenant, vous ne ferez que déshonorer son nom." Le roi Zhou Wu, furieux d'entendre cela, s'apprêtait à les tuer tous deux, mais le ministre de son père, Taigong, le retint.
Lettre aux Frères (Minobu, 16 décembre 1275 aux frères Ikegami)

Dans la Chine antique, l'empereur Shang Zhou, rendu furieux par les remontrances de Bi Gan, tua ce loyal sujet, et lui fit arracher le coeur. Par la suite, sa dynastie fut renversée par les rois Zhou Wen et Zhou Wu.
Sur le comportement du Bouddha (Minobu, 1276, à Konichi-ama)

La dynastie Zhou dura sept cents ans grâce à la loyauté et la piété filiale de son fondateur, le roi Zhou Wen. Par contre, la dynastie Qin n'eut qu'une existence très brève en raison du comportement inique de son fondateur, le premier empereur des Qin.
Traité sur la dette de reconnaissance (Minobu, le 21 juillet 1276, à Joken-bo et Gijo-bo)

Quand les conflits déchirèrent le clan au pouvoir, dans la 9e année de Bun'ei [1272] ou quand, dans la 11e année de la même ère [1274], les Mongols lancèrent leur attaque, ce souverain sage aurait dû m'accueillir comme le roi Zhou Wen accueillit Taigong.
Le kalpa de déclin ( Minobu, peu après 1276, à un membre du clan de Takahashi)

Le roi Zhou Wen fut victorieux dans les batailles parce qu'il se préoccupait du bien-être des personnes âgées. Vers la fin des trente-sept règnes couvrant les huit cents ans pendant lesquels ses descendants régnèrent, il y eut quelques exemples de mauvais gouvernement, mais, dans l'ensemble, la dynastie Zhou prospéra, grâce à cette vertu fondamentale
Grandes lignes du chapitre Zokurui et d'autres (
Minobu, juin 1278, à Dame Nichinyo)

 

haut de la page
Retour au dictionnaire