ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
vingt-huit constellations
 

On peut lire dans le Sutra Ninno : "Quand un pays connaît des désordres, ce sont les esprits maléfiques qui montrent d'abord des signes d'agitation. Parce que ces esprits maléfiques s'agitent, tous les hommes du pays sombrent dans la discorde. Les envahisseurs viennent piller le pays, et les gens du peuple sont anéantis. Le souverain, les principaux ministres, l'héritier présomptif ainsi que les autres princes et officiels du gouvernement se querellent, chacun prétendant avoir raison. Ciel et terre sont le théâtre de prodiges et d'événements étranges ; les vingt-huit constellations, les étoiles, le soleil et la lune apparaissent à intervalles irréguliers et dans des positions anormales, d'innombrables hors-la-loi surgissent."
[...] Quand les vingt-huit constellations ne suivent pas leur cours régulier, quand l'étoile de Métal [Vénus], l'étoile du Balai [les comètes], l'étoile de la Roue, l'étoile du Démon, l'étoile du Feu [Mars] , l'étoile de l'Eau [Mercure], l'étoile du Vent, l'étoile de l'Entonnoir [Orion], la Grande Ourse, la Petite Ourse, les grandes étoiles des Cinq Garnisons [qui gardent Saturne] et les très nombreuses étoiles qui gouvernent la destinée du souverain, des trois hauts dignitaires et des cent autres officiels, quand chacune de ces étoiles présente des phénomènes étranges, c'est la deuxième calamité.
Rissho Ankoku ron (Kamakura-Matsubagayatsu, juillet 1260)

Myoho Renge Kyo est l'état de bouddha de tous les êtres vivants. L'état de bouddha est la nature du Dharma, et la nature du Dharma est la bodhéité. L'état de bouddha de Shakyamuni, de Taho et de tous les bouddhas des dix directions ; de Jogyo, de Muhengyo et des autres bodhisattvas Surgis de Terre ; de Fugen, de Manjushri, de Shariputra, de Maudgalyayana et des autres ; de Bonten et de Taishaku ; des divinités Nitten et Gatten  ; des sept étoiles de la Grande Ourse au Nord dans le ciel, des vingt-huit constellations, et des innombrables autres étoiles ; des divinités du Ciel et de celles de la Terre, des dieux-dragons et des huit groupes d'êtres non humains, ainsi que des êtres dans les mondes d'humanité et du ciel, qui se réunirent dans la Grande assemblée pour entendre l'enseignement du Bouddha ; du roi Yama - en bref, l'état de Bouddha que possèdent tous les êtres vivants du domaine où il n'y a plus ni pensée ni absence de pensée, au-delà des nuages, et jusqu'aux régions les plus profondes de l'enfer -, l'état de Bouddha que tous ces êtres possèdent a pour nom Myoho Renge Kyo. Par conséquent, si vous prononcez ces mots du Titre une seule fois, appelant ainsi par son nom l'état de Bouddha de tous les êtres vivants, leur état de bouddha répondra à votre appel et viendra à vos côtés.
Conversation entre un sage et un ignorant (1265 ? à un samouraï ? )

Ces sages étaient des hommes d'une vertu insigne, cependant ne pas comprendre le passé c'est être comme l'ignorant* qui ne voit pas son dos ; ne pas regarder l'avenir c'est être comme l'aveugle qui ne voit pas devant lui. Selon ces sages si une personne, de son vivant, maintient l'ordre dans sa famille, satisfait aux exigences de la piété filiale, et pratique avec constance les cinq vertus, alors, elle sera respectée de ses contemporains et son nom sera connu dans tout le pays. S'il y avait un souverain sage sur le trône, il inviterait une telle personne à devenir son ministre ou son conseiller, voire même lui céderait la place. Le ciel même viendrait le protéger. Ce fut le cas de ceux qu'on appela les cinq Aînés, qui se rassemblèrent pour soutenir le roi Zhou Wu, ou les vingt-huit constellations du ciel qui devinrent les vingt-huit généraux de l'empereur Guang Wudi de la dynastie Han postérieurs. Mais puisque de telles personnes ne savent rien du passé ou de l'avenir, elles ne peuvent aider leurs parents, leur souverain ou leur maître dans leurs vies prochaines, et de ce fait, ils ne peuvent s'acquitter de leur dette de reconnaissance.
Traité pour ouvrir les yeux (Sado, février 1272 à Shijo Kingo)

Quand le moine Dosho (réf.) récita le Sutra du Lotus dans un champ, d'innombrables tigres vinrent le protéger. Il n'y a aucune raison pour que vous ne soyez pas protégée de la même manière. Les trente-six divinités de la terre et les vingt-huit divinités des constellations célestes vous accorderont leur protection. De plus, chaque personne a deux divinités qui la suivent comme son ombre. L'une s'appelle Dosho et l'autre, Domyo. Perchées respectivement sur son épaule droite et son épaule gauche, elles rapportent [au ciel] toutes ses actions. Ainsi, le ciel ne punit jamais ceux qui n'ont pas commis de fautes. Encore moins les personnes de vertu comme vous.
La suprématie du Dharma (Minobu, 4 août 1275, à Oto, fille de Nichimyo)

 

 

haut de la page
retour