ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
Unraionno
 

Le roi Myoshogon, père de Jozo et de Jogen, était adepte des enseignements brahmaniques, et tournait le dos au Dharma du Bouddha. Ses deux fils héritiers désobéirent aux ordres de leur père, et devinrent les disciples du bouddha Unraionno, mais, en définitive, ils parvinrent à guider leur père de telle manière qu'il devint un bouddha appelé Sharajuo (Roi des arbres shala). Qui pourrait dire, dans ces conditions, qu'ils furent des fils déloyaux ?
Conversation entre un sage et un ignorant (1265 ? à un samouraï ? )

Le daimoku [ou titre] du sutra, qui apparaît avant [les mots d'introduction] nyoze gamon [Ainsi ai-je entendu] est, dans tous les cas, le véritable coeur du sutra. Cela est vrai qu'il s'agisse d'un sutra du Mahayana ou du Hinayana. Pour ce qui est du Sutra Vairocana*, du Sutra Kongocho, du Sutra Soshitsuji, et ainsi de suite, dans tous les cas, c'est leur titre qui constitue le coeur de ces sutras. Il en va de même des bouddhas. Bouddha Vairocana*, bouddha Nichigatsu Tomyo, bouddha Nento, bouddha Daisuchisho, bouddha Unraionno, toutes les vertus de tous ces bouddhas sont contenues dans leur nom.
Traité sur la dette de reconnaissance (Minobu, le 21 juillet 1276, à Joken-bo et Gijo-bo)

Pour avoir offert quatre bols au Bouddha, on dit que Bishamon est celui des quatre Rois du Ciel dont la bonne fortune est la plus grande au monde. Vimaladatta*, parce qu'elle fit don de 84000 bols au bouddha Unraionno*, renaquit par la suite sous la forme du bodhisattva Myoon*. Vous qui, maintenant, faites don au Sutra du Lotus de ces trente récipients et soixante assiettes, comment pourriez-vous ne pas atteindre la bodhéité  ?
Lettre à Akimoto (Minobu, le 27 janvier 1280, à Akimo to)

 

 

haut de la page
retour