ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
Penglai

Même les lettrés des Six Ecoles du bouddhisme ancien qui étudiaient des enseignements du Mahayana comme du Hinayana, tels que les sutras Kegon, * Hannya, Jimmitsu* et Agama* considéraient le Sutra du Lotus comme l'enseignement suprême. C'était vrai pour les lettrés des écoles Tendai et Shingon et encore plus vrai pour les laïcs sans connaissance approfondie du bouddhisme. [Par rapport au Sutra du Lotus] le pays était comparable aux monts Kunlun, où il n'existe pas de pierre sans valeur, et à l'île montagneuse de Penglai, où il n'existe pas de poison. Toutefois, dans les cinquante et quelques années écoulées depuis l'ère de Kennin (1201-1203) jusqu'à nos jours, les moines Dainichi et Kakuan ont propagé les enseignements de l'école Zen, rejetant les divers sutras et postulant le principe d'un véritable enseignement transmis en dehors des écrits bouddhiques, tandis que Honen et Ryukan ont fondé l'école Jodo, contredisant les enseignements du Mahayana définitif* et fondant des écoles s'appuyant sur des enseignements provisoires. En réalité, ils jettent des joyaux pour ramasser des pierres, ils quittent la terre ferme pour monter dans les airs.
L'enseignement, les capacités, le temps et le pays (Izu, 10 février 1262  ? )

Pour ce qui est de notre pays, le Japon, voilà plus de quatre cents ans que la doctrine des deux écoles, Tendai et Shingon, s'y est propagée. Pendant cette période, on a généralement admis que les capacités des quatre catégories de bouddhistes, moines, nonnes, hommes et femmes laïques, convenaient parfaitement au Sutra du Lotus. Tous, bons ou mauvais, sages ou ignorants, peuvent connaître le bienfait continu jusqu'à la cinquantième personne. On peut les comparer aux monts Kunlun, où l'on ne peut trouver aucune pierre sans valeur, ou bien à l'île montagneuse de Penglai, totalement dépourvue de plantes vénéneuses.
Encouragements à une personne malade (décembre 1264, à Nanjo Hyoe Shichiro)

 

 

 

haut de la page
retour