ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
Maître du tripitaka - sanzo
 

Nichiren cite les Maîtres du tripitaka suivants :

Amoghavajra*
La prière pour la pluie des trois maîtres du Tripitaka (Minobu, 22 juin 1275 au nyudo Nishiyama)
Le principe de l'atteinte de la bodhéité sans changer d'apparence (Minobu, en 1280   ? , à Myoichinyo)

Baoyue (non identifié)
Le choix en fonction du temps (Minobu, 10 juin 1275 ; adressé à Yui)

Fa-dao
Réponse au seigneur Hakiri Saburo (Sado, 3 août 1273 à Hakiri Sanenaga)
Parvenir directement à la bodhéité grâce au Sutra du Lotus (Minobu, mars 1277   ? à Myoho-ama)

Jih-chao
Le corps et l'esprit des simples mortels (Minobu, à un disciple)

Kumarayana
Le sutra permettant véritablement d'honorer sa dette (Minobu, le 28 juillet 1278 à Sennichi-ama)

Shubhakarasimha (Shan-wu-wei)
La prière pour la pluie des trois maîtres du Tripitaka (
Minobu, 22 juin 1275 au nyudo Nishiyama)

Shunxiao
Le principe de l'atteinte de la bodhéité sans changer d'apparence (Minobu, en 1280   ? , à Myoichinyo)

Shuryasoma
Le sutra permettant véritablement d'honorer sa dette (Minobu, le 28 juillet 1278 à Sennichi-ama)

Vajrabodhi (Jin-gang-zhi)
La prière pour la pluie des trois maîtres du Tripitaka (
Minobu, 22 juin 1275 au nyudo Nishiyama)

Xuanzang
Encouragements à une personne malade (décembre 1264, à Nanjo Hyoe Shichiro)
Lettre à Horen (Minobu, avril 1275 à Soya Kyoshin)
Lettre à Akimoto (Minobu, le 27 janvier 1280, à Akimoto)

***

Les prêtres du Shingon rapportent tous que les trois Maîtres du tripitaka (sanzo), nommés Shubhakarasimha*, Vajrabodhi* et Amoghavajra*, sont les cinquièmes ou sixièmes propagateurs de l’enseignement de Vairocana et qu’ils sont les précurseurs de l’enseignement promettant la bodhéité sans changer d'apparence (sokushin jobutsu). Ils sont cependant, à mes yeux, les instigateurs du vol d'enseignement ainsi que les auteurs de ce vol.
Souverains de notre pays (Minobu, février 1275)

Question - Ennin* et Enchin* ignoraient-ils donc cela  ? Réponse - Ces deux hommes croyaient en l'enseignement de maîtres du tripitaka comme Shubhakarasimha*. C'est probablement pourquoi ils rejetèrent l'enseignement correct du Grand-maître Saicho. D'autres comme eux ont déjà suivi la personne et se détournant du Dharma.
Le principe de l'atteinte de la bodhéité sans changer d'apparence (
Minobu, en 1280   ? , à Myoichinyo)

Par la suite, sous le règne de l'empereur Xuanzong, les trois maîtres du tripitaka Shubhakarasimha*, Vajrabodhi* et Amoghavajra* vinrent d'Inde en Chine, apportant avec eux les sutras Vairocana* , Kongocho et Soshitsuji. Par leur personnalité aussi bien que par leurs théories, ces trois hommes étaient très loin de soutenir la comparaison avec les maîtres bouddhistes qui les avaient précédé en Chine. De plus, parce qu'ils introduisaient la pratique de mudra et de mantra dharani* jusqu'alors inconnus, on pensa que le véritable bouddhisme était resté ignoré en Chine avant leur arrivée. Ces trois maîtres déclarèrent que l'Ecole Tian-tai était supérieure aux écoles Kegon, Hosso et Sanron, mais que ses principes étaient incomparablement moins élevés que ceux des sutras du Shingon.
Le corps et l'esprit des simples mortels (Minobu, à un disciple)


voir également : maître

Retour au dictionnaire

haut de la page