DICTIONNAIRE des TERMES BOUDDHIQUES

français, japonais, chinois, sanscrit, pali


paramita

haramitsu, 波羅蜜多
traduits diversement par perfections ou vertus déterminantes ou transcendantes.



La liste la plus courante dans le Mahayana comprend six paramitas. Elle est ordonnée selon un ordre croissant de difficultés et de mérites.

1. Le don (fuse, 布, dana). Celui-ci peut être matériel et impliquer le renoncement à une partie de ses biens et de son confort. Mais il peut aussi concerner son corps ou même une partie de son corps comme l'attestent les nombreux exemples des sutras : don de sa peau, de sa chevelure, etc. Au plus haut degré le don s'applique à toute la vie : il s'agit non seulement des martyrs mais de tous ceux qui consacrent leur vie au Bouddha ; donner de son temps relève de cette catégorie.

On peut noter que le don envers les ascètes ou les mendiants est une pratique ancienne de l’Inde. Le Bouddha lui-même était un religieux qui quêtait sa nourriture et les premiers bouddhistes ont été des moines-bhiksu qui dépendaient pour leur subsistance des dons des laïcs. La tradition de ne pas remercier les donateurs perdure encore de nos jours car c'est pour ceux-ci une façon de s'approcher de l'Eveil. On considère que celui qui donne est le premier bénéficiaire de ce don.

2. L’observance des préceptes (éthique, jikai, 持戒, sila, virtue, morality, proper conduct). Les préceptes sont des prescriptions destinées à discipliner le pratiquant et lui faciliter l'intégration dans une communauté. A côté des cinq préceptes majeurs (ne pas tuer, ne pas voler, ne pas commettre d'acte sexuel illicite, ne pas mentir, ne pas consommer de produits intoxicants) le Vinayapitaka énumère plusieurs dizaines, voire des centaines de règles de conduite vertueuse. Ils s’inscrivent dans une logique de respect du vivant qui sous-tend l’ensemble de l’éthique bouddhique et témoignent de la nécessité de maîtriser son corps, son psychisme et sa pensée. Il est important de noter que les méthodes pour parvenir à cette maîtrise ont beaucoup changé au cours du temps. Lire l'article de Ryusho

3. La patience (ninniku, 忍辱, ksanti, patience, tolerance, forbearance, acceptance, endurance) : C'est la capacité à rester serein et courageux face à l'adversité ou à la provocation. L'impatience est considérée comme une attitude infantile, qu'elle s'applique à soi (absence de progrès rapides) ou face à l'autre. La bienveillance à l'égard des erreurs des autres repose sur la prise de conscience de ses propres faiblesses et permet l'épanouissement de son état de bodhisattva. Un grand nombre de sutras mettent en garde contre le sentiment de sa propre patience qui n'est que la capacité de retenir sa colère et donc le contraire de la véritable patience. Lire la légende du Roi Kali

4. La force d'âme (persévérance, énergie enthousiaste, diligence, zèle (shojin, 精進, virya, energy, diligence, vigour, effort, assiduity). Effort svabhimukhi propre à tout être humain et en étroite relation avec les trois obstacles et quatre démons (sanso shima). Elle est source de l'esprit de recherche qui pousse à progresser dans la voie bouddhique.

5. La méditation-dhyana (zenjo, 禪定, dhyana, one-pointed concentration, contemplation). Etat qui permet de pacifier l’esprit, de l’amener au calme nécessaire à l’élaboration de la pensée juste. La qualité de la perception des phénomènes à laquelle aboutissent la vigilance et l’attention peut être ensuite intériorisée dans une concentration profonde (samadhi).

6. La prajna (hannya, 般若, prajna, wisdom, insight) : sapience, sagesse lucide, discernement intuitif selon les traductions (voir prajna). Cette paramita est l’aboutissement des cinq précédentes. C'est la sagesse supérieure celle qui tranche les troubles, qui révèle le caractère intrinsèque et la compréhension des phénomènes. On l'appelle également "la pensée sans pensée" ou sagesse du cœur. La paramita de la prajna découle de la volonté de se connaître et de n’être pas dupe des notions communes ou de ses pulsions.

Les listes (assez tardives) qui donnent 10 paramitas continuent par :

7) L'utilisations de moyens salvifiques (hoben, fangbian, upaya, skillful means) : habilité à amener les êtres à l'Eveil, empathie agissante.
8) Le vœu (gan, yuan, pranidhana, vow, resolution, aspiration, determination) : promesse de servir le Dharma en toute circonstance et loyauté à son égard (refus de la déformer à des fins personnelles)
9) Les dix forces du bouddha (riki, li, bala, spiritual power)
10) La connaissance vraie (chi, zhi, jnana, knowledge) appelée parfois nirvana au sens de détachement des souffrances des vies et morts.

Les dix paramita correspondent aux degrés 21 à 30 des 52 étapes du bodhisattva.

Comparer avec les paramitas du bodhisattva dans le Tien-tai

Retour

haut de la page