DICTIONNAIRE des TERMES BOUDDHIQUES

français, japonais, chinois, sanscrit, pali


sila
- les cinq préceptes


"Paramita" vient de deux termes sanskrits : "param" et "ita". Param se traduit par "l'autre rive" et ita par "atteindre". Respecter les paramitas, permet de traverser la rivière de la vie/mort pour atteindre le rivage du nirvana. Voyons maintenant la deuxième paramita l’"observance des préceptes".

Le bouddhisme énonce de nombreux préceptes différents selon que vous êtes ou non un disciple, un moine, un homme ou une femme. Ici, nous nous concentrerons sur les cinq premiers qui s'appliquent à tout le monde, à savoir l'interdiction de tuer, celle de voler, de commettre des actes sexuels illicites, de mentir et de consommer des intoxicants.

Ceux qui évoquent ces interdictions élémentaires sont assez stricts, les autres plus flous laissent une part de latitude dans la manière de les appliquer plus ou moins sévèrement d'un jour à l'autre. Je suppose que cela dépend de la marge de manœuvre que vous vous accordez. J'aime souligner que lorsque nous essayons d'user de faux-fuyants, de justifier ou encore contourner les règles, alors nous empêchons notre capacité à être honnête avec nous-mêmes. Personnellement, je ne me soucie pas du niveau de rigueur auquel une personne participe à ces règles, après tout, ce n'est à moi de juger. Mais ce qui me concerne davantage c'est lorsque quelqu'un tourne autour du pot, plutôt que d'être loyal avec lui-même et les autres.

1/ Interdiction de tuer : Il n'y a rien de plus à ajouter. Je ne dirais pas qu'être végétarien revêt un caractère obligatoire pour être bouddhiste, en revanche, manger de la viande ne vous permettra pas d'honorer complètement ce premier précepte. Il existe de nombreuses raisons qui peuvent justifier que vous n'appliquiez pas ce précepte, mais vous devez au moins être justes en reconnaissant que ce n'est pas le cas. Il est possible que vous changiez avec le temps, mais peut-être que si vous étiez objectif avec vous-même, votre désir de changer s'amplifierait. Le fait d'être végétarien ne me rend pas parfait. Je peux me donner toutes les excuses du monde, ce ne seront toujours que des excuses. Est-ce que je peux mieux faire ? Oui je le peux. Est-ce que je devrais le faire ? Oui je le devrais, Est-ce que je ferai mieux ? Je vais essayer ! Ceci est mon parcours vers l'Eveil vers la lumière et il ne dépendra que de moi d'assumer correctement et franchement mon incapacité à suivre ce précepte, démarche irréalisable si je me trouve toujours des excuses.

Le second précepte "ne pas voler" : cela semble évident, mais il y a quelques exemples où cela pourrait se compliquer pour certaines personnes. Vous trouvez de l'argent…  Vous le prenez, vous le laissez, ou vous cherchez à qui le rendre ? Que faites-vous ? Renoncer à quelques centimes, c'est facile, mais si vous les laissez, est-ce que ce qui vous motive repose sur le fait qu'il ne vous appartient pas, ou bien que la modicité de la somme ne vaut pas la peine du temps perdu ? Maintenant, s'il s'agit d'un billet de 20 ou 50 €… Vous le laissez ou essayez-vous de le rendre ? Rappelez-vous que ce n'est pas votre argent, pour la simple raison que c'est quelqu'un d'autre l'a perdu. Maintenant imaginons que vous décidiez de le prendre, vous n'êtes pas pour autant une mauvaise personne mais seulement quelqu'un qui n'observe pas le deuxième précepte. Vous faites-vous alors des excuses pour justifier votre action, en vous disant des choses comme "si je ne le prends pas, quelqu'un d'autre le fera et, finalement, l'intéressé ne l'aurait toujours pas récupéré ?" Essayez-vous de justifier votre action ?  Si vous vous questionnez sur votre honnêteté, vous voilà au cœur du bouddhisme : apprendre à être honnête et franc tant avec vous que pour vous.

Ne pas commettre des actes sexuels illicites peut signifier beaucoup de choses.  À l'origine lorsque l'on exigeait le célibat pour les prêtres bouddhistes, ils étaient censés conserver ce célibat. Aujourd'hui dans beaucoup de congrégations bouddhistes, l'on applique le concept en exigeant seulement de ne pas s'adonner à de mauvaises conduites sexuelles. Autrement dit, il s'agit simplement de ne pas causer de tort. En conséquence, contraindre quelqu'un à s'adonner au sexe, physiquement ou psychologiquement est mal. Seule une relation mutuellement consentie peut être correct. La liste pourrait continuer et je ne pense pas que je dois le faire ici. Lorsque les missionnaires débarquèrent pour coloniser Hawaii, ils énumérèrent les activités sexuelles et le type de relations interdites. Or, l'on raconte que la liste était si exhaustive qu'elle eut pour effet d'augmenter la créativité des Hawaïens en les poussant à de nouveaux vices méconnus avant l’ arrivée des missionnaires dans l'Ile.

Le quatrième précepte réside dans le fait de ne pas mentir. Dans le Bouddhisme il existe une distinction entre mensonge et stratagème (hoben). Un mensonge est quelque chose qui fait du tort à l'autre ou profite seulement à soi-même. hoben profite aux autres. Il nous arrive souvent de faire appel à quelques pieux mensonges destinés à ce que les gens se sentent revalorisés ou réconfortés.  Nous ne procédons pas alors par intérêt ; il arrive probablement aux époux d'user de ce stratagème quand ils complimentent la coiffure de leur épouse bien qu'ils ne voient pas la différence. Ils savent juste que lui révéler la vérité la rendrait folle de rage et qu'ils n'en retireraient que des ennuis. C'est étrange. Il convient de trouver, sous les apparences, qui en bénéficiera et quelle était la motivation réelle. De nouveau, la prudence s'impose particulièrement lorsque l'on excuse son comportement. Cela révèle souvent le signe qu'il existe un problème sournois que nous ne souhaitons pas analyser avec intégrité.

Finalement le dernier précepte qui interdit de consommer des intoxicants.  Pour certains, il convient d'assouplir l'idée, en indiquant de ne pas en abuser au point de lâcher le contrôle de l'esprit ou du corps. Parmi toutes ses appréciations je pense que l'essentiel se trouve dans le fait de savoir quel type d'engagement vous vous faites à vous-même et au Dharma. Etes-vous sincère dans votre engagement, lucide et reconnaissez-vous vos défauts ? Ceci n'a rien d'un jeu destiné à impressionner autrui ou afficher de fausses apparences. Cela concerne notre propre chemin de l'Eveil et notre capacité à en mener d'autres vers le Dharma.  Plus nous nous efforcerons à suivre les préceptes, plus nous serons capables de prendre pour modèle la vie de Bouddha et mieux nous atteindrons l'Eveil, pour permettre à d'autres d'y accéder aussi. Notez s'il vous plaît, que mon intention ici ne vise pas à souligner des normes de comportement dans le but de porter un jugement, mais d'offrir ce que Bouddha nous a enseigné et quel devrait être notre modèle. A chacun d'entre nous de déterminer le niveau qu'il veut et peut atteindre pour observer les préceptes et les paramitas. Demain, je livrerai quelques pensées sur la troisième paramita, ma faiblesse et ce qu'est la patience. Je pense que nombreux sont ceux qui sont bien meilleurs que moi… J'écrirai donc principalement pour moi.

http://myoshoji.org/blog/index.php/archives/3542?utm_source=INK&utm_medium=copy&utm_campaign=share&

retour
haut de la page