DICTIONNAIRE des TERMES BOUDDHIQUES

français, japonais, chinois, sanscrit, pali


shunya ou shunyata ku


Concept fondamental du bouddhisme traduit de façons diverses telles que non-substantialité, vide, vacuité, latence, relativité, etc. Le concept était étroitement liée à la notion d'origine interdépendante, ou production conditionnée (pratitya-samutpada, engi) qui affirme que, parce que les phénomènes ne naissent et ne continuent d'exister qu'en fonction de leur relation avec d'autres phénomènes, ils n'ont aucune substance propre : rien n'existe en-soi, de façon indépendente. Ses implications pratiques sont le rejet de l'attachement aux phénomènes transitoires et à l'égocentricité de celui qui se considère comme un être absolu inscrit dans une durée. C'est un concept d'une importance toute particulière pour le bouddhisme Mahayana. Sur la base de sutras connus comme les sutras Hannya, Nagarjuna qui le définit précisément comme la voie du milieu, ce qui n'est ni existence ni non-existence.

Le concept de non-substantialité entraîne principalement deux notions : la non-substantialité des personnes (nin-ku) et la non-substantialité des dharmas (ho-ku). La première implique qu'une entité vivante, n'étant rien d'autre qu'une union temporaire des cinq agrégats, ne peut avoir de soi absolu ; la seconde est que, parce que les dharmas ou éléments d'existence sont le fruit d'une production conditionnée, ils n'ont pas de nature individuelle immuable.

Zhiyi, en analysant les divers enseignements bouddhiques, donne plusieurs autres définitions du concept de ku, L'enseignement du tripitaka (zokyo) analyse progressivement des entités ou constructions telles que le soi dans leurs éléments constituants ou dharmas jusqu'à ce qu'ils ne puissent plus être définis ni comme existence ni comme non-existence ; il s'agit du point de vue analytique de la non-substantialité (shakku, vacuité analytique). Par ailleurs, l'enseignement intermédiaire (tsugyo) dit que, parce que toute chose naît d'une production conditionnée, son existence est en elle-même non-substantielle (taiku, vacuité substantielle). L'enseignement spécifique (bekkyo) voit la non-substantialité comme une réalité distincte de l'existence temporaire (ke) et de la voie du milieu (chudo) ; ce point de vue est appelé henku. L'enseignement parfait (engyo) révèle que la non-substantialité (ku) est unie d'une façon inséparable avec les réalités de l'existence temporaire (ke) et de la voie du milieu (chu), en énonçant que chacune de ces trois réalités comporte ces trois aspects en elle-même.

Retour à la définition
haut de la page