ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
Marisen ou Marisan, Malaya

Là où il y a de l'eau vivent les poissons. Là où il y a des bois, les oiseaux s'assemblent. Les pierres précieuses abondent dans les montagnes de l'île Peng-lai (note) et les santals poussent sur le Mont Malaya. On trouve de l'or dans la montagne où la rivière Li-shui prend sa source. Il en va exactement de même pour cet endroit-ci. C'est le lieu du "monceau de bienfaits" (note) et c'est là où résident les bouddhas et les bodhisattvas.
Réponse au seigneur Shijo Kingo (Minobu, le 8 octobre 1280 à Shijo Kingo)

A partir du moment où la charge de zasu fut pour la première fois établie au Hieizan, les troisième et quatrième spérieurs des moines, Jitaku et Chigo, sans aucune raison, agirent contrairement aux enseignements du premier Maître Saicho* et de son disciple Gishin*, et déclarèrent que les doctrines conceptuelles du Shingon et du Sutra du Lotus avaient la même valeur, mais que, dans les conditions concrètes, le Shingon était supérieur au Sutra du Lotus. Ainsi apportèrent ils la disgrâce sur notre montagne (Hiei), et ridiculisèrent-ils le Sutra du Lotus et, sans raison, transformèrent-ils en boue les excellents préceptes qui étaient la Voie du milieu pure et sans tache jadis professée au Enryaku-ji. Il est impossible d’exprimer par les mots à quel point une telle affaire est déplorable. Cette perte est même pire que celle qui arriverait si le sol de la montagne Marisan n’était plus bon qu’à faire des briques, et si les bosquets d’arbres de santal qui poussent là se transformaient en buissons épineux. Même s’il y avait des moines instruits qui pourraient encore percevoir les différences entre ce qui est correct et ce qui est erroné, et distinguer ce qui est objectif de ce qui est déformé, comme notre Maître le Bouddha nous l’a enseigné, comment pourraient-ils mettre le pied dans le Enrakyu-ji d’aujourd’hui  ?
Trois grands Dharmas cachés (Minobu, le 27  ? avril 1281 à Ota Kingo)

 

 

 

haut de la page
Retour