ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
Hokke Ron
 

Nous lisons dans le Hokke Ron  : "Les mots Myoho Renge ont deux significations. Premièrement, ils désignent le lotus tel qu'on le voit sur l'eau. (...) Le lotus sortant de l'eau boueuse est une image évoquant la façon dont l'Ainsi-venu rejoint la multitude des auditeurs-shravakas, s'assied sur un lotus comme les divers bodhisattvas, révèle la sagesse suprême de l'Ainsi-venu et l'état de pureté de l'Eveil, permettant ainsi aux divers auditeurs-shravakas d'avoir accès à la resserre secrète de l'Ainsi-venu. Deuxièmement, les mots Myoho Renge désignent l'épanouissement du lotus. Cette image montre que les simples mortels, même après avoir entendu l'enseignement du Mahayana, restent indécis et timorés, incapables de croire. C'est pourquoi l'Ainsi-venu fait s'épanouir sous leurs yeux le Corps du Dharma* pur et merveilleux, éveillant ainsi leur croyance." Dans ce passage, 'divers', dans l'expression 'les divers bodhisattvas' désigne les bodhisattvas des enseignements du Mahayana et du Hinayana qui, en rejoignant le lieu où le Sutra du Lotus était enseigné, eurent pour la première fois la capacité de comprendre le lotus du Bouddha. Cela ressort clairement du passage du Hokke Ron mentionné plus haut. L'affirmation (réf.) - que les bodhisattvas étaient déjà parvenus sur la voie de l'Eveil grâce aux divers sutras - n'était donc rien de plus qu'un moyen provisoire. Zhiyi* commente ce passage du Hokke Ron de la manière suivante  : "Pour expliquer le sens de ce traité, on pourrait dire que l'Ainsi-venu, afin de permettre aux simples mortels de saisir l'aspect pur et merveilleux du Corps du Dharma*, leur montre le lotus qui fleurit, illustrant ainsi le principe mystique de la véritable cause. Et quand l'Ainsi-venu se mêle à la multitude des auditeurs-shravakas et s'assied sur un lotus, il leur révèle le lotus résultant du principe mystique du véritable effet."(réf.) De nouveau, lorsque Zhiyi* veut donner une explication détaillée de cette double interprétation du lotus, à la fois comme essence réelle et comme métaphore, outre le passage du Hokke Ron mentionné plus haut, il cite le Sutra Daijuku, dans lequel on lit : "Je m'incline maintenant avec respect devant le lotus du Bouddha." Il écrit : "D'après le Sutra Daijuku, le lotus représente à la fois la cause et l'effet de la pratique religieuse. Quand les bodhisattvas vont s'asseoir sur le lotus, c'est le lotus de la cause. Mais le lotus du Bouddha, devant lequel on s'incline avec respect, est le lotus de l'effet. Ou, comme il est dit dans le Hokke Ron, c'est le lotus résultant du principe mystique du véritable effet.
L'ainsité du Dharma merveilleux (Sado, 1273 ? à Sairen-bo)

Le bodhisattva Vasubandhu enseigna la doctrine et fut appelé "l'auteur de mille ouvrages". Il écrivit le Hokke Ron, commentaires sur le Sutra du Lotus qui établissent que c'est le plus important de tous les sutras. Le moine lettré Paramartha en décrivant la transmission du Sutra du Lotus déclara (note) qu'il y eut, en Inde, plus de cinquante personnes qui propagèrent le Sutra du Lotus et que Vasubandhu est l'un d'eux. Voilà ce qui se produisit durant la période du Dharma correct.
Le choix en fonction du temps (Minobu, 10 juin 1275 ; adressé à Yui)

 

Retour au dictionnaire

haut de la page