ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
Aniruddha (1 et 2)
 

Comme le dit un sutra, [même si nous ne pouvons pas les voir], il existe des repères dans le ciel pour les oiseaux et dans la mer pour les poissons. Une statue de bois représentant le Bouddha peut être prise pour une statue d'or, et une statue d'or pour une statue de bois. L'or d'Aniruddha lui apparut d'abord sous la forme d'un lièvre puis sous celle d'un cadavre.
L'exil d'Izu (juin 1261 à Funamori Yasaburo)

Il y a bien longtemps, en pleine période de famine, vivait un chasseur. Malgré la disette, il offrit un bol de millet à un pratyekabuddha nommé Rida. Cela lui valut de renaître riche et dans les mondes-états des Hommes et du Ciel pendant une durée de quatre-vingt-onze kalpa. Il renaquit en ce monde sous la forme d'Aniruddha, un disciple du Bouddha, doté de clairvoyance divine, aux capacités de discernement sans égales.
Lettre à Horen (
Minobu, le 4e mois de 1275 à Soya Kyoshin)

Le roi Dronodana avait un fils nommé Aniruddha. Avant de quitter la vie séculière, Aniruddha était un descendant d'un roi-faisant-tourner-la-roue, véritable souverain de l'Inde, le petit-fils du roi Simahahanu et le neveu du roi Shuddhodana, héritier du roi Dronodana. Il appartenait à une famille dont la terre entière connaissait la noblesse. Chaque jour, 12 000 personnes entraient et sortaient de sa demeure : 6 000 venaient emprunter des richesses à sa famille, et 6 000 autres venaient rembourser leur dette. Non content d'être un homme très riche, lorsqu'il devint par la suite disciple du Bouddha, il parvint au plus haut degré de clairvoyance divine. Et le Bouddha fit cette prédiction (réf.), dans le Sutra du Lotus, qu'Aniruddha deviendrait un bouddha du nom de Fumyo.
Si nous nous interrogeons sur les grandes causes bénéfiques créées par Aniruddha dans ses vies antérieures, nous découvrons qu'il avait été, longtemps auparavant, un chasseur se nourrissant des animaux sauvages qu'il chassait dans les montagnes. Il assurait aussi sa subsistance en cultivant du millet. Toutefois, en période de famine, il était en train de manger l'ultime bol de millet qui lui restait lorsqu'un sage, un pratyekabuddha nommé Rida, vint le trouver et lui demandai : "Je n'ai rien mangé depuis sept jours. Pourriez-vous me donner votre repas  ? "Le chasseur lui répondit : "Je l'ai déposé dans le récipient impur d'un simple profane, et je l'ai déjà souillé en commençant à manger." Mais le sage insista : "Donnez-le moi quand même. Si je ne mange pas immédiatement quelque chose, je ne survivrai pas." Bien que gêné du peu de valeur de ce qu'il offrait, le chasseur lui fit don de sa nourriture. Lorsque le sage lui rendit le bol, il n'y avait laissé qu'un seul grain de millet. Mais ce grain se changea en sanglier. Le sanglier se changea en or, et l'or se transforma en cadavre. Puis le cadavre se transforma en un homme en or massif. Chaque fois que le chasseur coupait l'un des doigts de l'homme d'or pour le vendre, un nouveau doigt d'or repoussait. Si bien que pendant quatre-vingt-onze kalpa, le chasseur renaquit immensément riche, jusqu'à ce qu'il apparaisse sous sa forme présente, celle d'Aniruddha, et devienne disciple du Bouddha. Ce n'était, certes, qu'une maigre portion de millet, mais parce qu'elle avait sauvé la vie d'un sage dans un pays où régnait la famine, il obtint un merveilleux bienfait.
Réponse à Tokimitsu (
Minobu, le 8 juillet 1278, à Nanjo Tokimitsu)

Le Bouddha Shakyamuni avait un oncle, le roi Dronodana, et ce roi eut un fils appelé Aniruddha. Ce prince était né avec dans la main un bol empli de riz. À peine ce riz mangé, une nouvelle portion de riz venait remplir le bol, et cela sans interruption, si bien que pas un instant le bol ne restait vide. C'est pourquoi on donna au prince enfant le surnom de Nyoi (A-volonté) et, par la grâce du Sutra du Lotus, il devint un bouddha du nom de Fumyo [Clarté universelle]
L'enseignement selon l'esprit du Bouddha (
Minobu, le 2e j. du 5e mois de 1279, à Niike Saemon-no-jo)

 

Retour au dictionnaire

haut de la page