DICTIONNAIRE des TERMES BOUDDHIQUES

français, japonais, chinois, sanscrit, pali


Trois domaines de l'existence
ou Trois principes de différenciation


Cette théorie apparut à l'origine dans le Daichido Ron et fut adoptée et développée par Zhiyi comme un des concepts qui sous-tendent la notion d'ichinen sanzen. Selon son interprétation, les trois domaines sont trois dimensions du monde phénoménal dans lesquelles les dix mondes-états se manifestent

I - le domaine des cinq agrégats-skandha (go on seken) indique les différences de qualité des cinq skandha (goon) : 1) La forme (shiki) ou l'aspect physique de la vie, doté de couleur et de forme. La forme comprend également les cinq organes des sens : les yeux, les oreilles, le nez, la langue et le corps, par lesquels l'être perçoit le monde extérieur. 2) La perception (ju) ou la fonction de recevoir des informations extérieures par les six organes des sens. 3) La conception ou conceptualisation (so), la fonction par laquelle la vie saisit et forme quelque idée ou concept de ce qui a été perçu. 4) La volonté (gyo), ou décision d'entreprendre une action quelconque en fonction de ce que l'on a perçu et dont on s'est forgé une idée. 5) La conscience (shiki - différent de shiki qui signifie "la forme") ou la fonction de la vie qui discerne, qui peut établir des jugements de valeur, distinguer entre le bien et le mal, etc. Elle intègre également les quatre éléments précédents.
La forme désigne l'aspect physique de la vie, et les quatre autres agrégats, l'aspect spirituel. La vie dans chacun des dix mondes-états se manifeste en mettant en oeuvre les cinq agrégats mais leur fonctionnement a différents effets, selon celui des dix états dans lequel une vie se manifeste. Dans le monde-état de vie de l'enfer, par exemple, un phénomène donné sera perçu comme une cause supplémentaire de souffrance et on y réagira avec haine, aggravant ainsi son mauvais karma, tandis que, dans l'état de bodhisattva, le même phénomène sera perçu comme digne de compassion, ce qui ajoutera au bon karma.

II- le domaine des êtres vivants individueles (shujo seken) consiste en individus, formés par une union temporaire des cinq agrégats. Puisque "être vivant" est simplement le nom donné à cette union temporaire, on l'appelle parfois "domaine de nom seulement".
Alors que le principe des cinq agrégats analyse les fonctions physiques et mentales qui composent un être vivant, le principe des êtres vivants désigne un individu intégré, capable d'agir en relation avec son environnement. Ce principe peut recouvrir également un pluriel, un groupe d'êtres vivants.

III- le domaine des territoires ou domaine de l'environnement (kokudo seken) désigne le lieu où les êtres vivants habitent et où se situent leurs activités. Les différences des dix mondes-états se manifestent dans l'environnement en fonction de la condition de vie des êtres qui y résident.

A l'origine, on pensait que les dix mondes-états étaient dix environnements physiques distincts, avec l'enfer sous la terre, le ciel au-dessus du Mont Sumeru, etc  ; d'où l'appelation "mondes". Zhiyi, sur la base du Sutra du Lotus, interprète les dix mondes-états non comme des lieux physiques mais comme des conditions différentes dont fait subjectivement l'expérience une seule entité de vie, et affirme que le même environnement peut refléter l'un ou l'autre des dix états selon la condition de vie des êtres qui y résident.

Retour à la définition
haut de la page