DICTIONNAIRE des TERMES BOUDDHIQUES

français, japonais, chinois, sanskrit, pali


brahmanisme et bouddhisme


1) Le bouddhisme rejette l'idée d'un Créateur de l'univers et l'existence de Brahma. Mais comment est né Brahma ? L'affirmation védique qu'un "créateur originel" incréé existe "ainsi" (tatha) depuis l'éternité est justement une affirmation de la possible existence d'"ainsités". "Brahma est", "cela est" Pourquoi alors refuser cette qualité à l'univers ? L'univers est. Le discours de Brahma est un discours d'aveugle, de même que dans une file d'aveugles s'agrippant les uns aux autres, ni le premier, ni celui du milieu, ni le dernier ne peuvent voir.

2) Comme conséquence de ce premier point, le bouddhisme rejette les théories cosmologiques (créativistes) du brahmanisme qui sous-endent la volonté d'un Etre transcendant, et lui substitue la loi de production conditionnée : tout les phénomènes sont l'effet d'une cause et à leur tour deviennent une cause. Tous les phénomènes sont impermanents et non-substantiels. Cela implique la négation d'un déterminisme soumis à une "volonté divine" et détruit le fondement religieux de l'existence des castes.

3) La négation d'une existence transcendante s'applique également à l'existence du soi (atman). Le soi-disant atman n'est en fait que la combinaison physico-psychologique des cinq agrégats qui sont sont tous "composés" et tous conditionnés. De ce fait, ils sont tous impermanents et tous constamment changeants. Il n'y a rien qu'on puisse trouver en eux qui soit de la nature d'une entité stable, persistante et éternelle. La croyance en une âme permanente est un empêchement à la libération spirituelle et source de souffrance.

4) Le bouddhisme rejette le ritualisme, le cérémonialisme et les sacrifices du brahmanisme : ni les bains de purifications ni l'auto-mortification ne peuvent entraîner une existence céleste. En se tourmentant soi-même on tourmente les autres. Le Bouddha introduit de nouvelles sortes de "sacrifices", qui n'impliquent pas le sang des autres pas plus que des manipulations magiques mais exigent un effort spirituel. On s'impose l'auto-discipline, la purification des cinq sens. C'est la pratique de l'Octuple noble chemin, qui conduit l'homme à sa libération finale.

 
retour à la définition
haut de la page