ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
Daishin Ajari
 

A Kamakura se trouvent mes disciples Chikugo-bo, Ben Ajari et Daishin Ajari. Faites appel à eux, et questionnez-les avec respect. Je vais exposer ici les points essentiels de mon enseignement. Ces disciples ont eux aussi quelque connaissance du Grand Dharma jamais encore propagée au Japon. Je vous conseille donc de l'étudier avec eux. (note)
Réponse au seigneur Hakiri Saburo (
Sado, 3 août 1273 à Hakiri Sanenaga)

Le cœur même du Sutra du Lotus correspond bien à ce que je viens d'expliquer. Il ne peut en être autrement. Un grand mal est toujours présage d'un grand bien. Si le Jambudvipa tout entier sombre dans le chaos, il ne fait plus aucun doute que [le Sutra] "se répandra largement sur tout le continent du Jambudvipa." J'envoie Daishin Ajari sur la tombe du défunt nyudo Rokuro. Autrefois, j'avais pensé me rendre moi-même sur la tombe des habitants de la région de Kanto qui avaient entendu mon enseignement, pour réciter le Jigage. Mais dans les circonstances présentes, si Nichiren se rend quelque part, toute la province le sait le jour même, et cela s'apprend jusqu'à Kamakura. Et même si leur foi était solide, partout où j'irais ceux que je rencontrerais auraient à craindre le regard des autres.
Le kalpa de déclin (Minobu, peu après 1276, à un membre du clan de Takahashi Rokuro Hyoe)

Le jeune acolyte qui était malade est guéri, et je m'en réjouis. Daishin Ajari est mort exactement comme vous l'aviez prévu. Tout le monde ici vous admire en disant que, même s'il y avait un nouveau Jivaka à notre époque des Derniers jours du Dharma, il ne vous égalerait pas. Je suis du même avis. Nous avons tous constaté que vos pronostics à propos de Sammi-bo et de Soshiro se sont vérifiés aussi précisément que coïncident les deux parties d'un même sceau. Je vous confie ma vie et ne consulterai jamais aucun autre médecin.
Plus la source est lointaine, plus le courant est long (
Minobu, le 15 septembre 1278, à Shijo Kingo)

Du matin jusqu'au soir, nous avons pu réciter et étudier le Sutra du Lotus. En cette époque mauvaise des Derniers jours du Dharma, cela constitue la pratique bouddhique la plus importante sur tout le continent du Jambudvipa. Quelle joie ce doit être pour l'esprit de nos ancêtres défunts ! Le Bouddha Shakyamuni donnait, à ceux qui respectent la piété filiale, le titre d'Honorés du monde. Ne méritez-vous pas précisément vous-même cette appellation d'Honoré du monde  ? Le décès du moine Daishin Ajari est sans doute bien regrettable. Mais considérez-le comme un présage indiquant que l'enseignement du Sutra du Lotus se répandra encore plus largement.
J'aurais encore beaucoup d'autres choses à vous dire. Si je suis encore en vie pour le faire, je vous écrirai en une prochaine occasion.
Nichiren

Le roi Rinda (Minobu, le 17 août 1279 à Soya Doso)

 

Retour au dictionnaire

haut de la page