DICTIONNAIRE des TERMES BOUDDHIQUES

français, japonais, chinois, sanscrit, pali


tortue borgne


Une tortue aveugle, dont la durée de vie est d'un nombre incalculable de kalpa, vit au fond de la mer. Une fois tous les sept ans, elle vient à la surface. Il n'y a qu'un tronc flottant sur la mer avec une cavité lui permettant de s'y loger. Comme la tortue est aveugle et le tronc ballotté par les vents et les vagues, les chances pour que cette tortue trouve le tronc sont minimes. Il est encore plus rare, dit Shakyamuni, de naître sous la forme d'un être humain. Ayant réussi à le devenir, on doit utiliser cette grande chance pour maîtriser les Quatre Nobles Vérités et atteindre la délivrance. Une version beaucoup plus détaillée de cette histoire apparaît dans le Matsuno Dono Goke-ama Gozen Gohenji (Réponse à la veuve du seigneur Matsuno) de Nichiren, où elle sert à décrire la difficulté de rencontrer le daimoku du Sutra du Lotus. Cette fois, la tortue est décrite comme borgne et sans membres. Son ventre est aussi chaud qu'un fer rougi et son dos aussi froid que les Montagnes neigeuses. Il existe un arbre sacré de santal rouge qui peut lui rafraîchir le ventre. Jour et nuit, la tortue rêve de ce tronc qui lui permettrait de rafraîchir son ventre dans le creux qu'il présente, tout en se réchauffant le dos au soleil. Mais elle ne peut remonter à la surface de la mer qu'une fois tous les mille ans et, même si elle tombait sur un tronc flottant à ce moment-là, il n'est pas sur qu'il soit en santal rouge. Et, même si le tronc était de santal rouge, il est rare qu'un tel tronc présente un creux ; et même s'il en avait un, encore faudrait-il qu'il soit d'une taille convenable pour la tortue. Et quand bien même la tortue aurait la chance de trouver le tronc idéal, parce qu'elle n'a qu'un oeil, elle n'est pas capable de se diriger dans la bonne direction. Ici, Nichiren fait de la mer une image des souffrances du cycle de la naissance et de la mort et de la tortue une image de toute l'humanité. Son absence de membres symbolise son manque de chance dû à des vies antérieures, la chaleur de son ventre, les huit enfers brûlants et le froid de son dos, les huit enfers glacials. N'avoir qu'un oeil représente une perception faussée qui considère ce qui est inférieur comme supérieur et vice-versa. La possibilité de ne faire surface qu'une fois tous les mille ans indique comme il est difficile d'émerger des mondes inférieurs et de naître en tant qu'être humain, particulièrement à l'époque où un bouddha fait son apparition. Les morceaux de bois flottants autres que du santal sont les doctrines provisoires, relativement faciles à rencontrer, et le bois de santal rouge, le Sutra du Lotus.

Retour
haut de la page