DICTIONNAIRE des TERMES BOUDDHIQUES

français, japonais, chinois, sanscrit, pali


Persécution de Tatsunokushi


Tentative avortée d'exécuter Nichiren à Tatsunokuchi, à l'ouest de Kamakura, le 12 septembre 1271. Elle est décrite en détail dans le Shuju Onfurumai Gosho (Sur le comportement du Bouddha). Au début de cette année-là, le Japon avait souffert d'une longue sécheresse et le gouvernement avait ordonné au moine Ryokan, du temple Gokuraku-ji, de prier pour obtenir la pluie. Nichiren lui lança un défi, disant que, si les prières de Ryokan étaient efficaces dans les sept jours, il deviendrait son disciple, mais que, si elles ne l'étaient pas, Ryokan devrait adopter la croyance dans le Sutra du Lotus. Ryokan accepta volontiers et débuta son rituel de prière mais, au lieu de la pluie, ce furent de grands vents persistants et destructeurs qui se levèrent. Humilié, Ryokan refusa de tenir sa promesse. Au contraire, il commença à user de son influence auprès des épouses et veuves de hauts fonctionnaires du gouvernement pour répandre de fausses rumeurs sur Nichiren. Ce qui eut pour résultat la convocation de Nichiren pour être interrogé par l'adjoint au chef des affaires militaires et de la police, Hei no Saemon, le 10 septembre 1271. Nichiren saisit cette occasion pour faire des remontrances à Hei no Saemon, en lui prédisant des luttes internes et une invasion étrangère si le gouvernement le punissait injustement. Hei no Saemon, n'ayant aucun élément lui permettant de prononcer lui-même une condamnation, laissa partir Nichiren. Mais, dans l'après-midi du 12 septembre, une décision officielle fut prise à son encontre. Hei no Saemon et plusieurs centaines de guerriers se rendirent à cheval à la résidence de Nichiren et l'arrêtèrent. L'un des hommes, Shofu-bo, saisit le rouleau du cinquième volume du Sutra du Lotus que Nichiren portait dans sa robe et s'en servit pour le frapper au visage (le cinquième volume comprend le chapitre Kanji* (XIII) qui prédit que les pratiquants fidèles au Sutra seront attaqués à coups d'épées et de bâtons et seront confrontés aux Trois grands ennemis). Hei no Saemon amena Nichiren au bureau des conseillers du régent où il fut accusé de trahison et condamné à la peine d'exil sur l'île de Sado, sous la garde de Hojo Nobutoki, le connétable de Sado. Nichiren fut alors confié à Nobutoki. Les hommes de Hei no Saemon l'escortèrent de chez Nobutoki chez Homma Shigetsura, l'intendant de Nobutoki, vice-connétable de Sado. Cependant, Hei no Saemon décida de sa propre initiative de faire décapiter Nichiren avant qu'il n'atteigne ce dernier lieu. Ses hommes et lui quittèrent la résidence de Nobutoki avec leur prisonnier, tard dans la nuit du 12 septembre. Alors qu'ils passaient près du temple d'Hachiman à Tsurugaoka, Nichiren fit des reproches au grand bodhisattva Hachiman qui ne protégeait pas un fervent du Sutra du Lotus comme il l'avait promis lorsque le Bouddha avait exposé le Sutra sur le Pic du Vautour. Il envoya également un messager auprès de Shijo Kingo, qui accourut à ses côtés, prêt à mourir avec lui. Sur le lieu de l'exécution, Nichiren récita daimoku avec le plus grand calme et réprimanda Shijo Kingo pour son chagrin en lui disant qu'il n'existait de sort plus enviable que de donner sa vie pour le Sutra du Lotus. Au moment où Nichiren allait être décapité, un objet lumineux traversa le ciel, en provenance du sud-est, terrorisant les soldats au point qu'ils furent incapables de procéder à l'exécution. Nichiren fut alors placé sous surveillance dans la résidence de Homma à Echi, comme originellement prévu, pendant un mois, et, le 10 octobre 1271, il quitta Echi sous escorte pour le lieu de son exil, à Sado.

Retour
haut de la page