DICTIONNAIRE des TERMES BOUDDHIQUES

français, japonais, chinois, sanscrit, pali


Hachimangu-ji


C’est le second temple fréquenté par Nichiren au début de son activité.
Constatant que la bibliothèque du temple Seicho-ji, celui où il venait d’être reçu moine, était trop petite pour satisfaire son désir d’étudier, le jeune Nichiren, qui portait alors le nom monastique de Rencho, décida de visiter d’autres temples. Le premier d’entre eux fut le Hachimangu-ji. En 1238 (ou 1241 selon d’autres auteurs – on est mal renseigné sur cette période de la vie de Nichiren), il se rendit à Kamakura, et étudia dans la bibliothèque de ce temple.

La ville de Kamakura était le siège du gouvernement du shogun et le principal centre politique du Japon de cette époque. Kamakura était aussi une ville dans laquelle le bouddhisme était florissant. De nombreuses écoles étaient présentes et rivalisaient pour construire leurs temples et leurs centres d’études.

Rencho rencontra, à Kamakura, deux prêtres de l’école de la Terre Pure (Nembutsu) et il fut frappé par la mort tragique de l’un d’entre eux, nommé Daia, dont le corps noirci et réduit à la taille d’un enfant, lui était apparu comme le signe d’une condamnation à l’enfer. Cela le renforça dans l’idée de faire des recherches complètes sur l’histoire du bouddhisme. Afin de se renseigner sur les origines de toutes les écoles bouddhiques, il consulta la bibliothèque de sutra qui se trouvait à l’intérieur du complexe du sanctuaire de Tsurugaoka Hachiman

Pendant l’ère de Kamakura, le sanctuaire de Tsurugaoka Hachiman contenait un mélange d’éléments shinto et bouddhiques, conforme à l’approche syncrétique de Minamoto no Yoritomo (1147-1199), le fondateur du shogunat et le rénovateur du sanctuaire. A cette époque, le temple était rempli d’objets bouddhistes. Le Hachimangu-ji, nom bouddhiste du temple, était alors affilié au temple tendai Onjo-ji, qui relevait à l’origine du temple Enryaku-ji, centre de l’école Tendai, sur le Mont Hiei, avant de prendre son indépendance en 993.
C’est après s’être documenté à Kamakura que Rencho revint au Seicho-ji pour composer, en 1242, à l’âge de 21 ans, ce qui est considéré comme sa première œuvre écrite : le Kaitai Sokushin Jobutsugi, ou "Principes de la substance des préceptes qui mènent à l’atteinte de la bodhéité dans cette vie", dans lequel il entreprend la réfutation des autres écoles, notamment celle de la Terre Pure.

Le sanctuaire de Hachimangu, vaste complexe dans lequel est honoré le 15ème empereur, Ojin (270-310), déifié et identifié avec Hachiman, ainsi que sa mère l’impératrice Jingu et sa femme Himegami, est aujourd’hui l’un des sanctuaires les plus célèbres et les plus visités du Japon.

Lire l'article "Le confucianisme et l'enseignement de Nichiren"

(Références)

Retour

haut de la page