Echange francophone avec le Révérend McCormick

Triple Nature du Bouddha

3 janvier 2021

Déroulement de la pratique à laquelle fut ajoutée « Eko », la méditation traditionnelle du Nouvel An

Shômyô (chant clair) Dôjô-Ge (verset pour entrer dans le « Dojo », lieu de pratique) : chant d'ouverture et d'accueil des divinités, fonctions protectrices et Bouddhas de l’univers

Sambô-rai, hommage aux trois Trésors

Kanjo, expression de son respect envers les Bouddhas et bodhisattvas, le Sutra du Lotus ; admiration de cet enseignement, expression de l'Eveil du Bouddha, qui nous permet nous-même d'atteindre l'Eveil

 

Hoben Pon, lecture du début du chapitre II

Jigage, partie versifiée du chapitre XVI

Odaimoku, récitation de Namu Myoho Renge Kyo

Hotoge, lecture d’un extrait en japonais du chapitre XI, « La Tour aux Trésors »

Ekō, lecture faite lors d’une commémoration ou célébration

              Aujourd'hui (réf.), dans ce temple, en cette occasion propice où commence l'année, nous ornons ce lieu de pratique et nous réalisons la manière la plus convenable de l'observer. Nous dédions humblement la senteur du Dharma au Bouddha, à notre Fondateur, aux Trois Trésors et aux divinités bienveillantes qui protègent ce monde et le Dharma. Grâce à cet événement, nous faisons de notre mieux pour reproduire la cérémonie la plus propice à la célébration de l'excellente Nouvelle année.

              Que le vent des enseignements devienne de plus en plus fort et qu’il soit maintenu partout dans le  Jambudvipa [l’un des 4 continents de l’Inde ancienne sur lequel il faisait le moins bon vivre mais où apparaissaient les bouddhas]. Que la lumière du Dharma devienne de plus en plus brillante et que tous les êtres sensibles retournent également sur la terre des mérites. Que le ciel et la terre soient purifiés, que le vent et la pluie se produisent au moment de leur saison. Que les quatre mers soient calmes et paisibles, que tous les hommes partagent la même joie.

De même que la bonne fortune du Dharma prospère dans ce temple, que dans ce temple puisse cette montagne [temple, dōjō] s'épanouir et que le son solennel du Dharma résonne sur la terre. Que le clergé qui protège le Dharma réalise la profondeur du Bouddhisme et réussisse à transmettre sa sagesse. Que les croyants soutiennent les efforts du clergé, aient un esprit pur et prolongent leur vie. Que ce temple et ses croyants s'entendent bien entre eux et que tous leurs espoirs pour cette année se réalisent.

              Avec ce mérite nous embellissons les lieux de renaissance des maîtres et des croyants disparus de ce temple, et nous faisons croître l'éveil spirituel de nos ancêtres. Que tous les esprits dans l'océan du royaume du Dharma - qu'ils aient ou non une affinité avec le Bouddha Dharma - en bénéficient également.

              Que  tous les mérites que nous avons accumulés par cette offrande soient prodigués parmi tous les êtres vivants, et qu’ils atteignent l'éveil du Bouddha ! "(Sutra du Lotus, version anglaise, p.143) (note)

 

Les Quatre Grands Voeux du boddhisattva

Shômyô (chant clair) Buso (verset de clôture) dans lequel nous remercions les divinités, bouddhas de l'univers de nous avoir rendu visite lors de cette cérémonie de Gongyo.

 

Questions/Réponses et commentaires sur le texte « la Triple nature de Bouddha »

  • Que pensez-vous de « zaïmu », une cotisation de nature associative versée par les membres à leur structure nationale SGI ?

Dans la Nichiren Shu, on parle de « danna », un don qui se faisait autrefois en nature (nourriture, vêtement ou hébergement offert aux moines). Quelle que soit l’école bouddhique, elle a toujours besoin d’un soutien financier pour épauler ses structures, ses publications, etc.

  • Que répondre à cette question ? « La nature du Bouddha étant non-créée (non conditionnée) et en dehors des contingences de notre monde, comment peut-on parler de ses 3 qualités sho-in  [cause de nature de bouddha], ryo-in [cause de sagesse] et en-in [cause de discernement] ? La sagesse et la causalité sont en effet des notions liées à l’espace-temps. »

La nature de bouddha n’est pas hors de la réalité, mais dans la réalité dont elle fait partie intégrante. Il s’agit de la chercher au-delà de ces phénomènes.

  • Faut-il actualiser en permanence notre « nature de bouddha » par nos pensées, nos actes, nos paroles ?

Cette nature revêt  3 aspects : chaque être la possède ; chaque être est doté de sagesse, et  chaque être peut agir en conséquence. Comme ces caractéristiques sont inhérentes à cette nature, nous pouvons donc les cultiver au quotidien, non seulement dans notre pratique mais aussi dans notre relation à notre environnement.

  • Nous bouddhistes, sommes-nous sur la bonne voie ? Comment expliquer qu’aucune école bouddhique ne réagisse ni ne réponde, voire n’ait prévu l’effroyable situation à laquelle le monde est actuellement confronté ?

    • Bien avoir d’abord à l’esprit que le bouddhisme  enseigne que toute chose a un cycle de vie dont le déclin et la mort font partie
      • Notre planète mourra donc un jour. Ainsi va la vie, une constante (un « pattern » en anglais) inchangeable. Ce n’est donc pas ce que le bouddhisme peut et veut changer.
    • En revanche, le bouddhisme enseigne ce que chacun peut faire : c’est la raison d’être du bodhisattva (Jésus est lui aussi considéré comme un grand bodhisattva). Chacun à son niveau, selon ses conditions et situation, peut faire quelque chose, agir dans et pour son environnement. Par exemple, Mandela et Luther King se sont élevés contre l’apartheid, Gandhi contre le colonialisme : seuls au début, ils furent ensuite soutenus par des milliers, voire des millions de personnes.  Pour ce faire
      • « S’armer » de compassion, « l’arme » du bodhisattva !
      • Rester imperturbable ! Ne pas se laisser affecter par les conditions mais faire ce que nous pouvons et pensons devoir faire
      • Ne pas attendre nécessairement de résultats : Luther King est mort avant de voir l’issue de son combat
      • Faire confiance au fait que le travail individuel est « fractal », qu’en avançant soi-même d’un pas, nous faisons avancer l’humanité
    • Quelques actions recensées
      • La Nipponzan Myohoji construit des stupas un peu partout dans le monde et leurs moines et laïcs font résonner leur tambour en parcourant les rues et récitant Odaimoku ;
      • La Nichiren Shu est engagée depuis le début de l’épidémie dans des pratiques mensuelles de prières contre le Covid ;
      • Les 1e et 15e jours de chaque mois, la Rissho Kosei-Kai organise une collecte de repas, proposant à ses membres de jeûner pour qu’ils ressentent ce qu’est la faim et offrent leur repas à quelqu’un qui en a besoin ;
      • Une fois par mois, les associations affiliées à la Soka Gakkai pratiquent pour la paix et le bonheur des habitants de leur pays ;
      • Et il existe certainement encore bien d’autres initiatives bouddhiques que nous ignorons

 Beaucoup d’actions sont également menées à un niveau local dont les médias ne parlent pas.

      • Par exemple, certains ont renoncé à leur carrière pour se mettre à réparer des vélos.
      • D’autres créent des espaces de réflexion (réf.), des forums de discussion ou des associations
    • Les écrits
      • Le chapitre XXIV du Sutra du Lotus décrit par exemple l’attitude d’un bodhisattva vivant dans un autre univers qui veut venir dans notre monde Saha pour faire des offrandes à Shakyamuni et enseigner le Sutra du Lotus.

Le Sutra Vimalakirti mentionne que nous n’avons pas la sagesse de voir la terre de Bouddha (cf. la 1e partie de ce sutra qui relate un dialogue entre Shariputra et Shakyamuni .

    Chapitre 1. Les royaumes de Bouddha

    Introduction : Le Bouddha se trouve à Vaishâlî avec une assemblée composée de 8.000 moines et de 32.000 bodhisattvas. Les qualités des bodhisattvas. Noms d’une cinquantaine de bodhisattvas présents, la liste se clôt par "le bodhisattva Maitreya" et "le bodhisattva, le prince de la loi, Mañjusrî". Des dieux, des divinités et autres êtres surnaturels participent également à l’assemblée.
    Arrivée de Monceau-de-Joyaux accompagné de 500 jeunes hommes, comme lui fils de maîtres de maison. Le Bouddha transforme miraculeusement les 500 parasols offerts en un unique parasol qui recouvre toute la multiplicité des univers.
    Stance de louanges au Bouddha par Monceau-de-Joyaux.
    Question de Monceau-de-Joyaux sur la purification des champs de Bouddha : comment les bodhisattvas parviennent-ils aux royaumes et aux terres de Bouddha ? Réponse du Bouddha : les êtres sont en eux-mêmes la terre du Bouddha des bodhisattvas. Toutes les qualités propres du bodhisattva forment sa terre pure. Par une succession de purifications, le bodhisattva atteint la pureté de l’esprit. La pureté de l’esprit est la clé du chemin du bodhisattva.
    Shâriputra se demande intérieurement si le Bouddha, dans son état antérieur de bodhisattva, concevait des pensées impures car la présente terre de Bouddha apparaît impure. Le Bouddha, connaissant sa pensée, lui répond que sa terre est pure mais que lui ne le voit pas. Un roi-Brahmâ confirme.
    Le Bouddha presse alors l’orteil sur le sol et cet univers se pare aussitôt de multiples ornements. Le Bouddha demande à Shâriputra de contempler la pureté de cette terre. Une multitude d’êtres réalisent alors divers états de libération. 

     
  • La section Jigage du chapitre XVI le rappelle pourtant bien : « J’ai toujours été au Pic du Vautour et dans d’autres lieux. Alors que les êtres voient un kalpa de déclin et le monde embrasé de flammes, ma terre est paisible, toujours emplie de devas [divinités] et d’hommes. »

DONC

        • En pratiquant, nous efforcer de purifier notre pensée comme nous le rappelle le Jigage
        • Cette « purification » nous aidera à trouver le bon « moyen » (hoben) et agir de façon salutaire
        • Cette façon de faire est « contagieuse » : elle sera source d’inspiration pour notre entourage
        • Faisons en sorte de propager le Dharma à la vitesse du Covid ! Selon le principe bouddhique de la transformation du poison en élixir, considérons ainsi la fonction de ce virus 
  • Shakyamuni et Nichiren ont eux-mêmes vécu en des temps très difficiles

Selon la théorie des Neuf consciences, peut-on dire que la 7e conscience correspond à l’inconscient individuel tel que Freud le décrivit, et que la 8e correspond à la façon dont Yung parla de l’inconscient collectif ?

  • C.G.Yung a toujours fait des observations cliniques de ses patients, il n’a jamais cherché de théorie psychanalytique dans la métaphysique. Il considérait cependant que l’inconscient était autant individuel que collectif, voire transgénérationnel. 
  • Considérant l’histoire du bouddhisme, la 9e conscience prend sa source en Inde grâce au moine Paramartha ; elle fut relayée par Saicho, le fondateur au Japon du bouddhisme chinois Tiantai. Dans les écoles indienne et tibétaine ne sont considérées que les 8 premières consciences et les Cinq natures [5 groupes de personnes prédestinées selon leurs capacités religieuses] 

Peut-on « techniquement » accéder à la 9e conscience sans avoir dû nettoyer ses autres consciences ?

  • En fait, non, mais en renversant ses données, en retournant aux fondamentaux (« returning to the basis »), c’est-à-dire en opérant une révolution radicale de son point de vue, la réponse est oui.
  • En effet, à partir du moment où l’on considère la 9e conscience comme étant le soleil qui brille continuellement, celui-ci ne peut qu’arriver à dissiper certains nuages des 6e et 7e consciences (celles de l’égo, de la conception subliminale d’un soi/self fixe) et assainir ainsi certaines des graines, bonnes et mauvaises, entreposées dans la 8e conscience (grenier des expériences et souvenirs). 
  • Cette nouvelle attitude d’esprit contribue non seulement à avoir une approche plus juste, rendant perceptible la présence du soleil à travers les nuages, mais aussi de saisir la vraie nature des choses - la nature des phénomènes qui fait partie du tout - et de mieux appréhender sa vraie nature à soi qui est « nature de bouddha ».

 

Prochaine rencontre prévue le dimanche 7 février au cours de laquelle sera étudiée la fin du texte sur « la Triple nature de bouddha »

RETOUR