ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
non-dualité du bien et du mal (zen'aku-funi)

Le Sutra ne discrimine ni les mauvais hommes, ni les femmes, ni les deux véhicules ni les icchantika. Pour cette raison, il représente vraiment la Voie de la bodhéité proposée à tous. Pour cette raison encore, on qualifie ce sutra de Grande sagesse équanime. Entendre la non-dualité du bien et du mal (zen'aku-funi), la non-dualité de l'impur et du pur (senjo funi), fait qu’un jour enfin, on atteste intérieurement de la réalisation de la bodhéité. Pour cette raison, on dit ''devenir bouddha dès ce corps'' (sokushin jobutsu). Si on obtient cette attestation en une vie, on évoque l’Eveil merveilleux (myogaku) en une vie.
La doctrine d’Ichinen Sanzen, 1258

Cela est expliqué dans le premier volume du Sutra du Lotus où il est dit : "Le véritable aspect de tous les phénomènes [shoho jisso] ne peut être compris et partagé qu'entre bouddhas."(réf.) Dans l'expression "ainsi est 1'égalite totale de 1'origine et de la fin" (hon maku kyo to), "l'origine" désigne la racine du mal comme du bien, et "la fin" désigne le fruit, bénéfique ou nuisible. On appelle bouddha ceux qui sont pleinement éveillés à la nature du bien et du mal, depuis la racine jusqu'aux branches et aux feuilles. Zhiyi* indique  : "La vie à chaque instant est dotée des dix mondes-états."(réf.) Guanding* affirme  : "Le Bouddha considérait cette doctrine comme la raison ultime [de sa venue en ce monde].
Le kalpa de déclin (Minobu, peu après 1276, à un membre du clan du défunt nyudo Takahashi Rokuro Hyoe)

 

 

 

haut de la page
retour