ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
Chunda
 

Les sages qui maîtrisent l'enseignement parfait* des sutras Kegon*, Hodo* ou Hannya* peuvent faire atteindre aux défunts l'étape de musho honin. C'est ce que signifie, dans le Sutra du Nirvana, la phrase : "Son corps demeure celui d'un être humain mais son esprit devient l'égal de celui du Bouddha." Chunda est l'exemple d'une personne parvenue à l'étape où l'on perçoit que rien ne naît ni ne meurt dans le monde des phénomènes (musho honin).
[...] C'est pourquoi il est dit dans le Sutra du Lotus : "Cette réalité consiste en l'apparence (nyoze so), le corps du défunt ; la nature (nyoze sho), l'esprit du défunt  ; l'entité (nyoze tai), le corps et l'esprit du défunt." (réf.) Il y est dit aussi : "[Le Bouddha, ] ayant profondément maîtrisé les deux sortes de phénomènes, rétributions négatives et bienfaits, illumine avec impartialité les dix directions. Le Corps subtil et pur du Dharma est doté des trente-deux traits caractéristiques..."
Dans cette dernière citation, les deux premières lignes désignent l'étape où l'on perçoit que rien ne naît ni ne meurt dans le monde des phénomènes (musho honin) et les deux dernières, l'atteinte de la bodhéité sans changer d'apparence (sokushin jobutsu). La fille du Roi-Dragon illustre l'atteinte de la bodhéité sans changer d'apparence, et Chunda illustre l'Eveil au fait que rien ne naît ni ne meurt.

La consécration des images sculptées ou peintes (1264 ou 1272 ou 1274 ou 1282)

voir également :

Retour au dictionnaire

haut de la page