ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
figuier banian - nyagrodha - nikuritsu-ju ou nikuruiju
 

Au cours de notre discussion, je vous ai déjà démontré qu'une chose n'est pas nécessairement digne de respect pour la seule raison qu'elle existe en grand nombre, pas plus qu'elle n'est méprisable en raison de sa rareté. Maintenant, j'aimerais aller un pas plus loin et expliquer comment le petit peut parfois inclure le grand, et l'unique être supérieur au multiple.
La graine de l'arbre nyagrodha, bien que trois fois plus petite qu'une graine de moutarde, peut contenir en elle cinq cents chariots. N'est-ce pas un exemple du petit contenant le grand  ? Le joyau exauçant les voeux, bien qu'unique, a le pouvoir de faire pleuvoir dix mille trésors sans en omettre un seul. N'est-ce pas un exemple du rare englobant le multiple  ? Un proverbe populaire dit : "Un engendre mille". Ne comprenez-vous pas le principe en jeu en pareil cas  ? L'important est de savoir si un principe est conforme ou non au véritable aspect de la réalité (shoho jisso). Ne restez pas aveuglément attaché à cette question du rare ou du nombreux  !

Conversation entre un sage et un ignorant (1265 ? à un samouraï ? )

Les diamants sont d'une telle dureté que presque rien ne peut les entailler, et pourtant on parvient à les briser avec de la corne de mouton ou de l'écaille de tortue. Les branches du nyagrodha sont si solides que les plus grands oiseaux peuvent s'y percher sans les briser, et pourtant elles sont vulnérables au shoryo, un oiseau si minuscule qu'il pourrait bâtir son nid sur les cils d'un moustique. Là, notre mauvais karma est comparable au diamant ou à l'arbre robuste, et le daimoku du Sutra du Lotus, à la corne de mouton ou au shoryo.
Le Daimoku du Sutra du Lotus (1266 à une femme d'Amatsu)

 

 

haut de la page
retour