DICTIONNAIRE des TERMES BOUDDHIQUES

français, japonais, chinois, sanscrit, pali


Quelques notions sur le taoïsme


Les origines du taoïsme sont difficiles à dater. Il semble toutefois qu’elles remontent aux époques lointaines de la première moitié du cinquième siècle avant notre ère. Un livre fondateur, le Daodejing, le Classique de la voie et de sa vertu, rédigé par Laozi (Lao-Tseu), personnage dont l’histoire ne garde pas de traces certaines, contient les principes fondateurs du taoïsme. Le style poétique et la rapidité de la pensée semblent au moins indiquer un auteur unique et original pour ce livre étonnant. Le texte en aurait été remis par Laozi au garde d’une frontière lors de son départ pour l’ouest. Le titre sous lequel nous connaissons cette ouvrage date de dynastie des Han (-206~8) lorsqu’il est promu au rang de classique. Sima Qian dans son ouvrage historique, le Shiji, mentionne Laozi dont il fait un contemporain de Confucius (les deux sages se seraient rencontrés) mais il est possible que ce passage soit apocryphe.

Le premier penseur du taoïsme dont nous ayons trace historique, Zhuangzi (également appelé Zhuang Zhou), en est également le principal philosophe. Ce sage vécut à la fin du quatrième siècle avant notre ère. Il refusa toutes les charges dont il aurait pu s’acquitter pour vivre librement. Il est l’auteur d’un livre qui porte son nom où le non conformisme et la verve taoïstes se révèlent au travers de nombreuses anecdotes.

Contrairement au lettré confucéen, les adeptes du taoïsme ne tentent pas de réformer le monde, ils préfèrent le fuir pour laisser la voie s’accomplir. Ils prônent le non-agir (wuwei) qui vise à ne pas pervertir la nature plutôt que d’en fausser le jeu. Les taoïstes ont d’ailleurs volontiers tendance à railler les efforts des adeptes des autres écoles. Leur attitude vis-à-vis des possibilités de l’action humaine est pleine de défiance. Quelles que soient les bonnes intentions des uns ou des autres le résultat de leurs actions est largement entaché par leur manque de sagesse "Celui qui fait le bien le fait non pas en vue de la renommée ; cependant cette dernière le suit. Le profit n’a rien à voir avec les disputes, cependant au profit s’attachent les disputes. C’est pourquoi l’homme de bien se gardera de faire le bien."(réf.)
Les taoïstes ont également gagné la réputation de pouvoir prolonger leur vie, de jouir d’une santé excellente et ce de par leur connaissance de la voie de la nature avec laquelle ils vivent en symbiose.

Lorsque le bouddhisme est arrivé en Chine, les conceptes du taoïsme semblaient présenter davantage de similitudes avec lui que le confucianisme. D’un point de vue relativement superficiel, des attitudes communes marquaient ces deux courants de pensée : nécessité d’une ascèse personnelle, d’une compréhension individuelle, manque de confiance envers la sagesse humaine et les sociétés qui en résultent, pratique de la méditation ou d’autres exercices yogiques. A ces débuts le bouddhisme chinois a été en partie interprété dans une optique taoïste et certains concepts bouddhiques ont été traduits à l’aide de dénomination issue du tao. Pourtant une meilleure connaissance des sutras, leur traduction plus précise ont permis une approche plus juste des concepts originaux. Certaines écoles bouddhiques, et tout particulièrement le chan (zen), gardent encore une imprégnation assez forte de la phisophie du tao : goût du paradoxe, du saugrenu, espièglerie et dérision.

Retour

haut de la page