DICTIONNAIRE des TERMES BOUDDHIQUES

français, japonais, chinois, sanscrit, pali


sept sortes d'excellence

d'après les commentaires de Zhiyi


Le Bouddha exposa le Dharma correct, bon en son début, bon en son milieu, bon en sa fin, profond et merveilleux de sens, habile et sublime d'énoncé, un et sans mélange, complet, pur, marqué de la pratique brahmique.
(Sutra du Lotus. Chapitre I)

1) bon en son début, bon en son milieu, bon en sa fin : excellence dans le choix du temps ; l'enseignement comporte une introduction succincte, vient ensuite une explication détaillée et finalement c'est l'encouragement à sa propagation.

2) profond et merveilleux de sens : excellence dans la signification. Les principes de la doctrine soudaine (tonkyo) sous tendent tous les autres enseignements. Cette doctrine est si profonde que les auditeurs-shravakas et les pratyekabuddhas n'en saisissent pas la portée.

3) habile et sublime d'énoncé : excellence dans la langue. Pour faire comprendre les principes de la doctrine soudaine, la langue précise et adéquate, allant au coeur des bodhisattvas. Elle a huit qualités, elle est a) belle, b) douce et aimable, c) harmonieuse, d) bien rythmée, e) vigoureuse et forte, f) irréprochable, g) vaste et pénétrante, h) féconde et impérissable.

4) un et sans mélange : excellence dans unicité. La doctrine soudaine n'est pas mélangée à des enseignements provisoires

5) complet : excellence dans son ampleur. La doctrine soudaine embrasse le monde d'ici bas, celui de la vie-mort, ainsi que le monde au-delà avec des mots plein de signification.

6) pur : excellence dans sa pure adaptabilité. Le doctrine soudaine n'est pas altérée par les doctrines extrêmes ou l'attachement aux doctrines spécifiques ou partielles.

7) marqué de la pratique brahmique : excellence dans la bonté inconditionnelle avec les caractéristiques de la pratique brahmique : pureté et noblesse de l'esprit et pureté et noblesse d'intention.

Retour à la définition
haut de la page