PRESENTATION  
DICTIONNAIRE des TERMES BOUDDHIQUES
ACCUEIL 

Le Maître ou Ajari

L’origine de l'institution de Maître et disciple dans le bouddhisme:

extrait de

Conférences du Musée GUIMET par le Révérend Kuban

http://www.shugendo.fr/en/node/78

[...] « En ce temps là, les moines mendiants récemment ordonnés n’avaient personne pour les instruire après la mort de leur professeur. Ne recevant pas d’enseignement, ils négligeaient leurs attitudes, manquait d’ordre dans leurs vêtements, ne mendiaient plus selon les règles ; poussaient des cris bruyants durant les repas, comme les brahmanes lors de leurs réunions. Alors les moines rapportèrent cela à Bagavat (le bouddha) qui leur dit : 

« J’autorise dorénavant l’institution de Maître à Disciple, qu’ils se considèrent mutuellement comme père et fils et s’assurent réciproquement enseignements et services. »

Maître se dit Ajari en japonais, Acharya en sanscrit, Acarya en pâli et Slob-dpon en tibétain. Les autres termes nuancés en japonais proviennent de l’accent et des circonstances durant laquelle ils sont employés : ashari, Ashiri,…

Les écoles japonaises Sanmon et Jimon de l’école Tendai emploient plutôt le terme d’Ajari alors que la branche ancienne (kogi) du Shingon emploie plus celui d’Acharya. Dans la terminologie des maîtres au Japon, il existe d’autres nuances dues à la langue : shisou, Okuyo (digne d’être servie), Okagyo (dont la conduite est digne d’être imitée), Shogyo (conduite correcte), Chiken (Sage), Denju (qui transmet), Kihan (modèle), Ojuku (directeur)...

Le bouddha historique Gotama dit : « il y a cinq sortes de Maîtres :

1) Sukké-Ajari : le maître pour sortir de la maison. Il convertit et ordonne les novices !

2) Kyoju-Ajari  ou jukkai-ajari, c’est le maître enseignant qui enseigne les règles des attitudes à observer lors de la réception des ordinations.

3) Komma-Ajari : en sanscrit karma-acharya ou igi-ajari, c’est le maître d’actes. Celui qui accomplit les actes prescrits lors des ordinations

4) Jukkyo-Ajari : patha-acharya, c’est le maître qui a enseigné, ne serait-ce qu’un jour, à lire les textes canoniques, les sutras.

5) Eshi-Ajari : c’est le maître auprès duquel on réside dans le même logis

Les 13 vertus du Maître selon le dictionnaire Hôbôgirin.

  1. Avoir produit l’esprit d’éveil

  1. Posséder Sapience (sagesse transcendante) et Compassion

  1. Etre expert dans tous les arts

  1. Bien pratiquer la Perfection de Sagesse; recherche de la vacuité

  1. Comprendre à fond le triple véhicule (Hinayana, Mahayana et Vajrayana)

  1. Bien expliquer le sens réel des formules (mantra et darani)

  1. Connaître l’esprit de tous les êtres

  1. Avoir foi en tous les bouddhas et bodhisattva

  1. Avoir obtenu les sacrements et autres habilitations pour transmettre la doctrine et posséder l’intelligence subtile des dessins & des cercles (avoir la compréhension des mandalas)

  1. Avoir une nature douce et détachée du soi

  1. Montrer de la décision dans la récitation des formules des mantras

  1. Etre profondément exercé dans l’Application, savoir les rites et doctrines

  1. Résider avec fermeté dans l’esprit d’Eveil, toujours cultiver la bodhicitta, l'aspiration à l'éveil.

 

retour
haut de la page