Menu Sciences


La mécanique quantique sera-t-elle capable d'expliquer la conscience?

par

Lal  Ariyaratna Pinnaduwage

20 mars 2018

https://puredhamma.net/quantum-mechanics-buddhism-buddha-dhamma/quantum-mechanics-a-new-interpretation/quantum-mechanics-and-consciousness/will-quantum-mechanics-be-able-to-explain-consciousness/


1. La mécanique quantique* (QM) présente certaines caractéristiques (intrication quantique, principe d'incertitude de Heisenberg, etc.), qui la font paraître «mystérieuse» par rapport à la physique classique où les prédictions sont intuitives et déterministes de manière transparente.

• Le «problème difficile de la conscience» (en philosophie) est également mystérieux, tout comme les phénomènes quantiques : la question est de savoir comment la conscience peut surgir dans un cerveau fait de matière inerte.

• Lorsque la mécanique quantique a émergé au début des années 1900, de nombreuses personnes ont commencé à lier les deux  et à supposer que la nouvelle théorie quantique serait capable d'expliquer comment la conscience apparaît dans le cerveau.

2. Plusieurs théories basées sur la QM ont été proposées pour expliquer la conscience.

• Plusieurs ouvrages populaires publiés récemment soulignent le rôle possible de la gestion de la qualité dans la génération de la conscience humaine (Walker, 2000; Penrose et al., 2011; Rosenblum et Kuttner, 2011; Stapp, H. 2011).

• On peut trouver dans Neural correlates of consciousness- Koch et al- 2016 (Koch et al- 2016)  une synthèse  sur l'activité scientifique récente dans ce domaine de recherche.

• Une autre approche  est basée sur la conscience issue des microtubules des neurones :  Consciousness in the universe – Hameroff and Penrose-2014.

3. En dehors de ces activités scientifiques, un  des sujets brûlants de la philosophie actuelle est « comment la conscience surgit-elle  dans un cerveau matériel ? ». La plupart des philosophes sont physicalistes et croient en la « clôture causale du domaine physique », c'est-à-dire que tous les phénomènes peuvent être expliqués sur une base physique (matière). Pour une série de discussions avec un certain nombre de philosophes, voir, (Blackmore, 2005).

• Comme l'a souligné David Chalmers en 1994 lors de la première conférence de Tucson sur la conscience : « Le problème difficile… est la question de savoir comment les processus physiques dans le cerveau donnent lieu à une expérience subjective » (Chalmers, 1995).

• Le problème en philosophie (et en science) est alors de comprendre comment la conscience «subjective» naît de la matière «objective». C'est une tâche impossible.

4. Cet important goulot d'étranglement a également été souligné par Thomas Nagel (1974) dans son célèbre essai  «Qu'est-ce que ça fait d'être une chauve-souris ? ». Comme il l’a souligné à la fin de l’essai  «… il semble peu probable qu’une théorie physique de l’esprit puisse être envisagée tant qu’une réflexion plus approfondie n’a pas été apportée au problème général du subjectif et de l’objectif. Sinon, nous ne pouvons même pas poser le problème du corps-esprit».

• La différence entre «subjectif» et «objectif» devient claire avec la recherche en neurosciences effectuée en particulier au cours de la dernière décennie, et nous discuterons ci-dessous de ces nouveaux développements. La subjectivité joue un rôle important dans la cognition (conscience), et la question est de savoir comment cela peut provenir d'une base matérielle «objective».

Subjectif ou objectif: différence entre l'esprit et la matière

1. Afin d'énoncer clairement la question que nous entendons aborder, nous devons d'abord clarifier la distinction entre «objectif» et «subjectif».

• L’objectif signifie simplement que ses propres opinions et préjugés personnels n’entrent pas en jeu. Il est facile d'être objectif sur les propriétés physiques de la matière: nous sommes tous d'accord sur la longueur, le poids, la densité, la couleur, etc. d'un objet donné. Nous avons développé des procédures standard pour les mesurer. Par conséquent, peu importe qui effectue la mesure, la même réponse en résultera.

• Ainsi nous sommes tous d'accord (sauf si l'on est daltonien) qu'une certaine rose est rouge; c'est objectif.

2. Alors, qu'est-ce qui est subjectif? Ce sont des opinions personnelles qui peuvent varier d'une personne à l'autre.

• Par exemple, si vous demandez l'opinion sur un politicien X à de nombreuses personnes, certains l'aimeront, d'autres le détesteront et d'autres se trouveront quelque part entre les deux.

• Il en va de même pour la politique en général, les religions, les aliments, les odeurs, les livres, les films, etc. Tout cela est subjectif.

• Dans le Bouddha Dhamma, ces opinions subjectives surgissent parce que différentes personnes ont des « gati » différents ; voir , “The Law of Attraction, Habits, Character (Gati), and Cravings (Āsavas)”. (La loi de l'attraction, des habitudes, du caractère (gati) et des envies (āsavas)

3. Par conséquent, il est clair que si les évaluations objectives sont beaucoup plus faciles que les subjectives. Par définition, nous ne pouvons tous nous entendre sur quelque chose de subjectif. C'est parce que nous accordons des valeurs différentes aux choses et que nous avons des opinions différentes en fonction de nos systèmes de valeurs.

• Mais on pourrait penser qu'il est facile pour la science de comprendre comment des évaluations objectives se font dans notre cerveau. Mais même cela est plus complexe qu'on ne le pense.

4. Les neurosciences, par exemple, ne sont pas encore capables d'expliquer comment notre cerveau discerne même une rose comme «rouge», c'est-à-dire comment les neurones inertes peuvent donner lieu à une «expérience» même si elle est objective. Expliquer les expériences subjectives est beaucoup plus difficile.

• Ce problème capital dans le traitement des aspects fondamentaux de « qualia * » a été souligné par plusieurs philosophes et scientifiques au fil des ans; voir les références de  Noe et Thompson (2004), Bitbol (2008), Miller (2014), Aru et Bachmann (2015).

• Comme ces auteurs le soulignent, actuellement, les efforts se concentrent sur l'étude des seuls corrélats neuronaux de la conscience; mais trouver la constitution neurale de la conscience (comment surgit la conscience) semble impossible (et c'est bien le cas !).

• C'est impossible parce que la conscience ne se trouve pas  dans le corps physique mais dans le corps mental (gandhabba); voir Ghost in the Machine – Synonym for the Manomaya Kaya?.  (Esprit dans la Machine - Synonyme de Manomaya Kaya?).

5. Soulignons que même si la couleur d'une rose est une propriété objective, nous ne savons toujours pas comment cela est identifié dans le cerveau. Pourtant, la véritable expérience subjective implique non seulement que l’on identifie une rose comme rouge, mais aussi que se forme un sentiment à propos de cette rose. Et c'est vraiment là  le problème.

• Ainsi «le problème réel de la conscience» est beaucoup plus complexe parce que le sentiment qui survient en voyant un objet de couleur rouge peut être différent pour différentes personnes ; par exemple,  certains aiment les vêtements rouges et d'autres pas. Ce sont ces sentiments et perceptions qui découlent d'une expérience sensorielle qui sont vraiment subjectifs.

• Jusqu'à récemment, les neurosciences n'étaient même pas capables de reconnaître l'existence d'attributs mentaux tels que les émotions, les sentiments et les perceptions. La disponibilité de méthodes de neuro-imagerie de précision a permis une explosion de l'activité dans ces domaines essentiellement au cours de la dernière décennie; voir, par exemple (Lindquist et Barrett, 2012; Bird et Viding, 2014; Klasen et al., 2014; Lamm et Majdandzic, 2015). Cependant, ces études sont en mesure de mettre en évidence uniquement les corrélats neuronaux (et non la constitution neurale) de ces qualités mentales.

6. Par conséquent, même si nous résolvons le «problème difficile» associé au discernement des aspects fondamentaux des «qualia» (telle l'expérience de la «rougeur d'une rose»), cela ne résoudra toujours pas le problème de «l'expérience subjective». Pour cela, les neurones du cerveau de chaque personne doivent avoir leur propre ensemble de «caractéristiques» spéciales pour fournir «l'expérience subjective». Pourtant, les neurones sont des neurones. En quoi les neurones de la personne X peuvent-ils être différents de ceux de la personne Y?

• Ainsi, la différence entre l'esprit et la matière est bien plus profonde que les simples «qualia» (rougeur d'une rose); ce sont des sentiments complexes, très personnels (bonheur, tristesse, gourmandise, haine, jalousie, etc.). De ce fait, nos indicateurs deviennent également très personnalisées. L'esprit est beaucoup plus complexe que la matière.

• Le problème, en essayant d'expliquer les phénomènes de l'esprit avec des neurones inertes dans le cerveau, trouve sa racine dans la tentative d'expliquer des «phénomènes mentaux subjectifs» complexes avec une base matérielle «objective» différente ontologiquement (neurones).

• Le Bouddha a expliqué que ces sentiments ne surviennent pas dans le corps physique, mais dans le corps mental (gandhabba). voir Mental Body – Gandhabba

7. Notre domaine scientifique et technologique est florissant parce que nous y traitons objectivement (et donc rationnellement) la matière inerte. Ainsi, nous pouvons présenter une expérience en détail et la mener n'importe où par n'importe quelle équipe de scientifiques compétents qui conçoivent et réalisent des expériences objectivement ;  nous obtiendrons  le même résultat sur lequel ils peuvent tous s'entendre (compte tenu des incertitudes expérimentales).

• La science et la technologie ne pourraient pas prospérer si de telles expériences ne produisaient pas des résultats cohérents et reproductibles.

8. Quoi qu’il en soit, nous nous concentrerons sur un aspect encore plus étroit, à savoir le rôle de la mécanique quantique.

• Soulignons qu'il n’existe aucune preuve d'une quelconque corrélation entre l'esprit et les phénomènes quantiques, sans parler d'un lien causal.

• Les résultats des expériences de QM ne dépendent pas de la «subjectivité» de la personne qui mène ces expériences, simplement parce que des décisions vraiment subjectives ne sont pas impliquées dans de telles expériences

9. Les décisions subjectives sont très personnalisées, comme voter libéral contre conservateur, acheter ou vendre une action donnée, aimer ou ne pas aimer certains aliments et des millions de décisions vraiment subjectives.de ce type.  

• Les expériences de mécanique quantique n'impliquent pas de décisions subjectives et le même résultat est obtenu indépendamment de la personne qui fait l'expérience. L'épine dorsale de la gestion de la qualité, comme pour tout autre domaine scientifique, est la reproductibilité des résultats expérimentaux ; or les mesures QM sont reproductibles.

• C'est crucial pour comprendre que les phénomènes quantiques n'ont rien à voir avec l'esprit.

Les phénomènes classiques et quantiques sont objectifs et déterministes

1. La physique classique transparente «déterministe» (mécanique newtonienne) n'a même pas cherché  a expliquer la conscience «subjective». Mais l'émergence de la gestion de la qualité avec ses «aspects inhabituels» a très rapidement conduit beaucoup de personnes à déduire qu'elle pourrait être en mesure d'expliquer la conscience tout aussi «mystérieuse».

• Depuis les années 1920, des tentatives ont été faites pour rationaliser la nature «inhabituelle» de la gestion de la qualité ;  des idées ont émergé de la communauté physique elle-même selon laquelle des observations conscientes pouvaient affecter les résultats d'une expérience (par exemple, «l'effet d'observateur»);  voir  The ‘Observer Effect’ in Quantum Mechanics  (L’effet d’observateur en mécanique quantique ). Récemment, de telles idées ont été adoptées pour expliquer l'origine de la conscience.

• Nous résumerons les résultats expérimentaux existants dans les futurs articles pour montrer qu'il n’existe aucune preuve  que les phénomènes de mécanique quantique sont tant soit peu liés à la conscience, et encore moins capables d'expliquer la conscience.

2. Il est vrai que les phénomènes quantiques ont des caractéristiques très différentes des phénomènes classiques (décrits par la mécanique newtonienne); mais les phénomènes tant quantiques que classiques sont objectifs. Il n'y a aucune preuve que des phénomènes quantiques aient quoi que ce soit à voir avec la conscience subjective d'un humain.

• L'utilisation d’expressions «non déterministe» ou «indétermination»  pour les phénomènes quantiques est trompeuse. Cela donne l'impression que les résultats des expériences QM ne peuvent pas être prédéterminés. C'est faux.

• Même si de nombreuses «expériences classiques» n'ont qu'un seul résultat, ce n'est pas vrai dans tous les cas. Par exemple, dans la théorie du chaos, on ne peut calculer que des probabilités.

• De même, dans les expériences QM, on ne peut calculer que des probabilités  Mais ces prédictions sont TOUJOURS cohérentes avec les mesures expérimentales. Par conséquent, il est impropre  de qualifier les phénomènes QM de «non déterministes».

3. Toutes les expériences QM menées à ce jour sont de nature totalement objective et la conscience subjective n’y joue aucun rôle. Une expérience QM donnée peut donner des résultats différents en fonction des conditions dans lesquelles les mesures sont effectuées; mais si ces conditions sont fixées, alors les résultats sont les mêmes, peu importe qui fait l'expérience ou bien où elle est faite.

• Il n'y a pas de «subjectivité intrinsèque» dans ces expériences, autre que la possibilité d'une gamme de résultats (avec une probabilité connue) en raison du principe d'incertitude de Heisenberg.

• Si la même expérience est menée dans les mêmes conditions, le même résultat est obtenu quelle que soit la personne qui fait l'expérience; aucun lien avec la conscience de l'observateur.

• Nous poursuivrons cette discussion dans le prochain article The Observer Effect in Quantum Mechanics, «L'effet d'observateur en mécanique quantique». Plus tard, nous discuterons de différents types d'expériences QM, y compris la célèbre expérience à double fente.

Toutes les questions sur la QM peuvent être discutées sur le forum de discussion: “Quantum Mechanics – A New Interpretation

* * *

References

J. and Bachmann, T. (2015), Still wanted – the mechanism of consciousness, Frontiers in Psychology, vol. 6, pp. 1-3.

Bird, G. and Viding, E. (2014), The self to other model of empathy: providing a new framework for understanding empathy impairments in psychotherapy, autism, and alexithymia, Neuroscience and Biobehavioral Reviews, vol 47, pp. 520-532.

Bitbol, M. (2008), Consciousness, situations, and the measurement problem of quantum mechanics, Neuroquantology, vol. 6, pp. 203-213.

Blackmore, S. (2005), Conversations on Consciousness, Oxford University Press.

Chalmers, D. J. (1995) The puzzle of conscious experience, Scientific American, December 1995, pp. 62-68.

Klassen, M., et al., (2014), Neural processing of emotion in multimodal settings, Frontiers in Human Neuroscience, vol. 8, pp. 1-4.

Lamm, C. and Majdandzic, J. (2015), The role of shared neural activations, mirror neurons, and morality in empathy, Neuroscience Research, vol 90, pp. 15-24.

Lindquist, K. A. and Barrett, L. F. (2012), A functional architecture of the human brain: emerging insights from the science of emotion, Trends in Cognitive Sciences, vol. 16, pp. 533-539.

Miller, S. M. (2014), Closing in on the constitution of consciousness, Frontiers in Psychology, vol. 5, pp. 1-18.

Nagel, T. (1974), What is it like to be a bat?, The Philosophical Review LXXXIII, (4), pp. 435-450.

Noe, A. and Thompson, E. (2004), Are there neural correlates of Consciousness?, Journal of Consciousness Studies, vol. 11, pp. 3-28.

Penrose, R., Kuttner, F., Rosenblum, B., Stapp, H., (2011), Quantum Physics of Consciousness, Cosmology Science Publishers.

Rosenblum, B. and Kuttner, F., (2011), Quantum Enigma: Physics Encounters Consciousness, Oxford University Press.

Stapp, H. (2011), Mindful Universe: Quantum Mechanics and the Participating Observer, Springer.

Walker, E. H. (2000), The Physics Of Consciousness: The Quantum Mind And The Meaning Of Life, Basic Books.

RETOUR
haut de la page